La Bouquinerie

Aide / Help Accueil / Home Nous / Us Livres anciens / Old books Editions / Publisher Galerie / Gallery Liens / Links Ecrire / E-mail Commander / Order


 

 

PARU LE 17 octobre 2021

Le fameux et incontournable almanach Ardèche et Drôme, 28e édition est chez l'imprimeursorti !!!!

Vous pouvez le commander directement à nos éditions : 6,45 euros + 5,55 euros port et emballage = 12 euros FRANCO
L'Almanach Ardèche & Drôme 2022
l'unique, l'authentique et véritable
160 pages. 6,45 euros
(12 euros pour un expédition franco chez vous)

Collection complète des 28 numéros disponibles : 145 euros franco !

Table des matières.
Édito 3. Coccinelles par Bernard Guerry 4. Le Covid 19. 5. Calendrier 2020 6. Les mois 7. Phases de la lune 8. Éclipses, saisons, constellations 9. Calendrier mensuel et jardinage. Janvier à mars 10. Cuisine d'hiver 16. Avril à juin 18. Cuisine de printemps 24. Juillet à septembre 26. Cuisine d'été 32. Octobre à décembre 34. Cuisine d'automne 40. Tarifs postaux 42. Marchés & Foires Drôme-Ardèche 43. Brocantes, artisanat Drôme et Ardèche 49. Radars en DrômArdèche. 51 . Chercheur d'or en Ardèche 52. René F. guillotiné à Valence en 1929 54. Eloge de nos vins de la vallée du Rhône 56. Des Chouans de Haute-Ardèche 59. Poésies de Clotilde de Surville 62. Pass- sanitaire en Drôme-Ardèche 63. Bonaparte et Crussol 70. Rendez-vous galant aux Eaux de Vals 74. La tarte à Tain 78. La confrérie de la jolie treille 79. Bonaparte expulsé du Polygone 85. Hommage à Pierre Charrié 87. Prêtres devant cours d'assise de Privas 89. Filière aéronautique et spatiale en Ardèche 93. La mémoire du temps 99. Sudokus 101. Les sources de la Loire 102. Le collège de Tournon 103. Sudoku 104. Capitaine Fracasse à Grignan 105. Issarlès en 1464 109. L'Ardèche et ses ponts 111. Les plaques muletières 115. Hommage à Pierre Vallier 117. Valence vue par un gardian 119. Eloi Abert et Chantemerle-lès-Blés 125. Le patairot 127. Les Arméniens en Drôme-Ardèche 131. Souvenir de guerre d'un Bourcain 133. Le Pontias, une légende nyonsaise 137. Cuisine 2022 de Michèle Saint-Alban 142. Viennent de paraître 144. Collectionnez les almanachs 146. Les fêtes 147. L'Horoscope 2021 signe par signe. 151. Correction sudokus 154. Catalogue éditeur-diffuseur 155. 29 policiers drômois et ardéchois 158. Commandez les almanachs 159. Table des matières 160. Blagues pages : 42, 45, 98, 126, 136, 145,, 154.
Bonne, belle et heureuse année 2022.

 

Jour de parution 17 octobre 2021, Krikor Amirzayan et René Adjémian

Un article est paru le jour même sur le site :

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=84790

TOUS LES ARTICLES SONT SUR CES EXTRAITS SANS LES PHOTOS

EDITO

 

BONNE ANNÉE 2022
BRAVISSIMO ! Vous avez encore survécu
au fameux covid 19 qui devait nous
exterminer... Vous êtes indestructible
comme cet almanach. Merci à vous,
lectrices et lecteurs qui nous font
confiance depuis 28 ans ! Vous retrouver
encore une fois nous fait chaud au cœur
même si les librairies ont été fermées
pendant le confinement, n’étant pas des
commerces de première nécessité ! Quelle
folie...
Ce bébé 100% local vous distraira,
vous amusera et vous fera passer un bon
moment, npus l’espérons. N’oubliez pas de
cultiver votre jardin avec les fameux
groupes de plantes.
Comme toujours, Michèle Saint-Alban
vous a mitonné ses recettes de notre
région (intercalées dans les mois) et
dans un dossier sur la cuisine du
terroir. Miam ! Miam !
Nous trouverez encore des articles et
reportages spécifiques de notre région,
confiés à notre rédaction par des amis,
écrivains, journalistes et lecteurs bien
de chez nous...
N’hésitez pas, vous aussi, à nous écrire
pour nous faire part de vos passions,
coups de cœur, critiques... Cet alma-
nach est encore/toujours le vôtre.
Proposez-nous un texte ! Enfin,
complétez votre collection (page 159)
en commandant les almanachs des années
précédentes à un prix exceptionnel. Vous
savez que tous les articles sont nouveaux
chaque année et constituent au fil du
temps une véritable encyclopédie
régionale. Plus de 5000 pages à cette
heure !
Sinon, avec nos éditions, et nos 450
titres drômois et ardéchois publiés depuis
45 ans (voir catalogue en fin), vous
allez pouvoir parfaire votre
connaissance sur la Drôme et l’Ardèche.
Le seul problème, c’est qu’il vous
faudra nous commander les livres car peu
de vendeurs veulent vendre des livres
régionaux. Passez donc nous voir
directement à nos bureaux, mais attention
nous ne sommes ouvert que sur rendez-
vous. Nous aurons alors plaisir à vous
faire visiter nos locaux et à vous
distiller un « poutou » ardéchois, voire
la bizzzzzzzzzzzzz drômoise !
Nous vous souhaitons une agréable
lecture à tous.
L’équipe de l’almanach

CUISINE D’HIVER


Soupe d’avoine


100 g de flocons d’avoine complets,
1/2 litre de bouillon de volaille,
25 cl de lait entier,
1 c. à s. de crème fraîche épaisse,
1 poireau,
1 gros oignon jaune,
1 fromage de chèvre frais,
25 g de beurre,
Noix de muscade,
Sel, poivre gris du moulin.

Peler et émincer l’oignon. Supprimer la
plus grande partie du vert du poireau, le
couper en quatre dans le sens de la
longueur, le laver à grande eau, puis
l’émincer.
Dans une cocotte à fond épais, faire fondre
le beurre et y faire dorer l’oignon et le
poireau une dizaine de minutes. Remuer,
ajouter les flocons d’avoine, brasser puis
verser le bouillon de volaille. Rectifier
l’assaisonnement avec sel et poivre.
Laisser cuire 20 minutes à feu doux en
remuant de temps en temps. Ajouter le lait,
la crème et une pointe de muscade, bien
homogénéiser.
Laisser encore 5 minutes à feu doux en
remuant.
Servir bien chaud et émietter du fromage
de chèvre dans chaque assiette.
Voilà une excellente soupe, bien
revigorante pour les soir d’hiver.





Filets de maquereaux
marinés au citron


6 filets de maquereaux frais,
25 cl de jus de citron,
25 cl de vin blanc sec,
1 c. à s. de graines de fenouil,
1 citron jaune non traité,
1 oignon blanc,
1 petit bulbe de fenouil,
Sel fin, poivre.




Peler et émincer l’oignon finement.
Couper le citron en tranches fines.
Peler les plus grosse côtes du fenouil à
l’économiseur et l’émincer.
Dans une terrine, disposer les filets de
maquereaux en salant et poivrant chaque
couche et en intercalant des tranches de
citron, de fenouil et d’oignon.
Parsemer chaque couche de poisson de
graines de fenouil.
Dans un saladier, mélanger le jus de citron
et le vin blanc, puis verser le tout sur les
poissons qui doivent en être recouverts.
Couvrir d’un film alimentaire et laisser
mariner 1 jour au réfrigérateur.
Servir bien frais avec du pain et de
l’huile d’olive ou du beurre.
Le maquereau est un poisson à ne pas
négliger, il est au début de la chaîne
alimentaire donc, pas trop chargé en
métaux lourds comme peut l’être le thon.
Il reste encore parmi les poissons les moins
chères. Demander à votre poissonnier de
lever les filets, la préparation de ce plat
n’en sera que plus rapide.


Pâte à tartiner au chocolat


200 g de chocolat noir,
100 g d’amandes émondées,
300 g de lait concentré sucré,
125 g de beurre frais,
1 c. à c. d’extrait de vanille,
3 pincées de sel.

Dans un blender, mixer très finement les
amandes avec 25 cl d’eau, pendant 1
minute.
Égoutter dans une passoire recouverte d’un
linge et essorer la pâte de manière à en
extraire le liquide. Conserver le lait
d’amande obtenu et le boire ainsi, nature
ou légèrement sucré.
Dans une casserole, faire fondre le
chocolat coupé en morceaux, à feu doux
en remuant à la cuillère de bois. Couper
le beurre en cubes, l’ajouter au chocolat
sur le feu et bien mélanger. Laisser
tiédir.
Dans un saladier, verser le mélange
beurre-chocolat, le lait concentré,
l’extrait de vanille et la purée
d’amandes. Battre au fouet de manière à
obtenir un pâte bien homogène.
Verser dans des pots à confiture.
Conserver au frais et étaler sur des
tartines. Peut aussi se dissoudre dans du
lait chaud.



SOUVENIRS DE GUERRE
D’UN BOURCAIN

Jacques Rambaud dit “ Jacky ” était un
Bourcain, un vrai de vrai. Né en 1934, il
s’est longtemps occupé de la Rhodanienne de
Bourg-lès-Valence dont le siège est au
bassin de joutes. En 2007, il m’appelle et
me dit : “ Mon neveu, j’ai écrit quelques
pages sur la vision d’un enfant sur la
guerre et je voudrais que tu m’aides à en
faire un livre. Oh, ce ne sera pas un gros
tirage, c’est pour la famille. ” Comme il
était un grand collectionneur de cartes
postales, surtout du Bourg et un peu de
Valence, il avait préparé les illustrations,
piochant tantôt dans sa collection, tantôt
dans des photos familiales.
Précisons pour les moins coutumiers du fait
qu’on prononce “ le Bourque ” pour “ le
Bourg ”, que ses habitants sont des
“ Bourcains ” et que le quai dont il est
question est bien sûr le Quai Thannaron. Le
quai, on ne peut pas le louper, c’est la
grande rue qui passe devant le groupe
scolaire Barthelon, devant chez Terrisse où
tout le Bourg a appris à danser et qui se
termine au rond-point avant la DDE,
l’ancien hôpital de Valence. Aujourd’hui,
à sa droite, un mur affreux et l’autoroute
derrière. Avant, le terrain vous menait
directement aux berges. Mais ça, c’était
avant.
Comme ce texte est peu connu, je vais vous
en tirer une anecdote. Il avait alors dix
ans. Je lui laisse maintenant la parole
Roland Pisano
La colonie de vacances à Aiguebelle
En août 1944, ma mère m’avait inscrit à
la colonie paroissiale du Bourg, dirigée
par des curés. Elle devait espérer que j’y
serais en sécurité. Ça ne faisait pas mon
affaire parce que sur le “ Quai ” j’étais
avec tous mes copains et pour moi,
finalement, tout allait très bien ainsi.
Cette colonie était une grosse bâtisse, pas
très loin de l’abbaye de Notre-Dame
d’Aiguebelle. Les quinze premiers jours se
sont passés agréablement : jeux de piste,
jeu du foulard, marche dans les bois… Les
journées s’écoulaient vite, mais le soir il
y avait beaucoup de chahut dans le grand
dortoir.
Le curé Roche était le responsable de
cette colonie. Nous le voyions souvent partir
et nous pensions qu’il était dans la
Résistance. Il y avait aussi l’abbé Deau,
d’une grande famille bourcaine. Je
l’aimais bien car c’était un bon
pédagogue.
Après le repas de midi, les responsables
organisaient des petits combats de boxe avec
de vrais gants, sauf qu’ils étaient un peu
trop grands pour nous. Cela se passait dans
le réfectoire et ça permettait de régler
de petits conflits. Ceci dit, l’ambiance
était généralement joyeuse.
L’après-midi, c’était sieste pour tout le
monde. Gare à celui qui était pris en train
de faire le pitre. Une marche de quelques
kilomètres sous le soleil était sa punition.
Je me suis fait prendre moi-même deux ou
trois fois !
Après le débarquement des forces franco-
américaines en Provence le 15 août 1944,
la débâcle des Allemands a commencé par la
remontée de la vallée du Rhône.
Un soir, nous étions à peine couchés, les “
monos ” et les curés rentrent dans le
dortoir, l’air grave. Le père Roche
s’adresse à nous : “ Les enfants, les Allemands
vont passer devant la colonie. Il faudra ne
faire aucun bruit. Tout le monde sous les
lits et toutes les lumières éteintes, pour
faire croire que le bâtiment est vide. ”
Sitôt dit, sitôt fait, ma valise me servant
d’oreiller, me voilà sous le lit.
Une bonne partie de la nuit, nous restons
sagement dans cette position.
Le lendemain matin, vite levés, nous sortons
mais ce sont les Américains qui passent,
lourdement armés. Nous formons une haie
d’honneur et on commence à les applaudir.
Plusieurs soldats mettent leur doigt sur la
bouche : silence, l’ennemi n’est pas loin.
Dans l’après-midi, les grands découvrent
dans les bois du matériel, laissés là par les
Boches dans leur fuite : grenades,
cartouches et surtout un lance-grenade.
Tout cela est vite récupéré par les “
mo-nos ”.
La fin de la colonie n’est pas loin ; reste
le rapatriement. Aucun car n’est libre et
c’est un entrepreneur bourcain, M.
Philibert, qui viendra nous chercher, dans
un camion avec ridelles.
Ça nous prendra deux jours de plus et nous
nous faisons une joie de retrouver notre
Bourg.
Entassés dans le camion, nous voyons tout le
long de la Nationale 7 des carcasses de
tanks ou de voitures brûlées dans le fossé,
surtout aux alentours de Montélimar.
Arrivés au Bourg, on se sépare et je rentre
chez moi, ma valise à la main. Surprise et
inquiétude, la maison est vide. Une voisine
me dit que mes parents sont à Chabeuil, chez
ma grand-mère maternelle et que je dois
aller voir ma grande sœur qui habite à
Valence, rue Saint-James. Je passe par la
côte des Chapeliers où un immeuble a été
détruit, puis je longe l’hôpital où il y a
eu beaucoup de victimes le 15 août 1944.
Enfin, voilà la préfecture, ou plutôt ce
qui en reste : quelques pans de murs.
Ma sœur me réconforte et me donne à
manger. L’après-midi, on rentre tous rue
Pompéry et j’y retrouve mes parents, de
retour eux aussi. Joie des retrouvailles en
famille.
Mon père sort une grande carte de France
et suivra avec des punaises l’avance des
alliés dans toute la France.
Le 6 juin 1944 à 6h30, c’est le début de
la Libération de la France et de l’Europe.
L’opération “ Overlord ” est déclenchée.
Des messages codés sont reçus par les
résistants. Le premier, “ Les dés sont jetés
sur le tapis ”, déclenche les plans vert,
bleu et violet : sabotage des liaisons
ferroviaires, du réseau électrique et des
lignes téléphoniques.
Le second, “ Il fait chaud à Suez ”,
déclenche le plan rouge : actions de
guérilla.
Ces vers de Paul Verlaine, reçus en deux
parties, déclenchent le soulèvement général
:
Les sanglots longs des violons
Bercent mon cœur d’une langueur monotone.
Quatre mille navires, huit mille avions,
mille cinq cents chars, deux mille véhicules
et cinq mille hommes sont engagés dans cette
opération.
La Bourg a été libéré le 31 août 1944.
C’est enfin la fin de la guerre.
Il reste un petit souvenir à raconter : la
valise, cette fameuse valise, et ma mère
n’en croira pas ses yeux, je ne l’ai jamais
ouverte pendant tout le mois !
Jacky Rambaud

CHERCHEUR D’OR EN ARDÈCHE
La première fois qu’on trouve de l’or, ça
ne s’oublie pas ! J’avais bien entendu lu,
il y a 50 ans, les tribulations de notre
Docteur Francus (Albin Mazon pour les
intimes) qui nous racontait dans son fameux
Voyage dans le midi de l’Ardèche l’histoire
de « L’or des rivières cévenoles ». Il nous
expliquait par le menu qu’il suffisait
d’aller à Auriolles, nom prédisposé, et de
se baisser pour ramasser. Depuis 1884,
l’eau a coulé sous les ponts. N’est-ce pas
une de ces légendes paysannes, un “fake
news” comme on dirait aujourd’hui, un truc
d’illuminés, voire pire ?
Rien de plus simple, se rendre sur le
terrain et trouver la personne qui “reniffle
l’or” car toute légende, élucubration et
autre bilevesée est souvent enpreinte de
vérité. Un des plus grands chercheurs d’or
d’Ardèche habite justement à Saint-Alban-
Auriolles. Est-ce une coïncidence ? Après des
années d’approche, j’ai réussi à le
convaincre de m’amener « orpailler » comme
on dit, c’est à dire aller chercher l’or
dans les ruisseaux. Notre cours d’eau est le
Chassezac, fort réputé comme le racontait
Francus.
Avec une pelle et un “ban” un espèce
d’assiette en plastique en forme de chapeau
chinois, nous voilà partis ce 23 août 2021.
A deux mètres de la berge, sur l’ordre de
mon “cicerone” en métal précieux, je donne
un coup de pelle, et ramasse quelques
cailloux, pierres, graviers et sable que je
place dans le “ban”. Dans l’eau, il faut
remuer sec, faire partir les gros cailloux
jusqu’à ne garder que du sable et quelques
minutes ou quelques secondes plus tard selon
l’habileté de l’orpailleur, ne voilà t-il
pas que des paillettes de la taille d’une
petite tête d’épingle apparaissent au fond !
L’orpaillage, tout un art
Quelle magie, quel étonnement ! De l’OR,
de l’OR ! Une infime et minuscule récolte
bien sûr qui ne permettra de recueillir
qu’une centaine de paillettes en 2 ou 3
heures heures d’effort et de ne récolter
que quelques milligrammes. Combien cela
vaut-il ? Cacaouette ! N’oublions pas qu’il
faut 2000 paillettes pour un gramme d’or.
Mais là n’est pas le problème, quel plaisir
d’arriver à remuer seul cette “battée” et
d’arriver à sortit 3 ou 5 paillettes dont la
plupart sont comme un point fait avec la
pointe d’un crayon sur une feuille. Mais
effectivement, l’or reste au fond, sa
densité étant une vingtaine de fois
supérieure à l’eau, tout va au fond !
Mais Olivier a-t-il des secrets ? Pas du
tout, il aime à réveler les trucs et n’est
pas avare en anecdotes. Il ne sert à rien
de brasser des tonnes de sable, aucune
chance d’y trouver des paillettes par
contre, il faut viser sous des gros cailloux
au commencement de l’intérieur d’un
virage... l’expérience quoi ! Sa plus
grosse pépite, Olivier l’a trouvée en
Australie, terre d’aventures d’il en est où
il espère retourner un jour. Elle pèse 16
grammes. Il ne la vendra jamais même si on
la lui paye 5 fois le prix de l’or car les
belles pépites se négocient une “blinde”. Le
vrai collectionneur aime a voir l’or tel
que sorti de terre avec ses formes
bizarroïdes.
Pour finir votre initiation voici quelques
données sur le nom des morceaux d’or selon
leur taille : - Point ou couleur :
minuscule paillette. - Paillette ou aile de
mouche : petite grain plat. - Grain :
paillette épaisse de la taille d’un grain de
sable. - Pépite : à partir d’1/4 de
gramme jusqu’à plusieurs kilos ! La plus
grosse conservée entière pèse près de 80
kilogrammes !
Rendez-vous dans nos rivières cévenoles, si
vous ne repartez pas riches, vous aurez
passé un bon moment dans notre beau pays et
votre œil brillera de mille feux lors de
votre première découverte ! C’est garanti !
René Saint Alban

Extrait Albin Mazon (Docteur Francus, “Voyage dans le midi de l’Ardèche” ou “Voyage autour de
Ruoms, Vallon...” ou “Voyage autour des Vans...”.
Si l’on admet l’existence de sables aurifères dans Chassezac, il est clair que les Romains ne pouvaient
choisir une position plus favorable pour la cueillette de l’or que celle du Mas-Dieu situé près de l’endroit où
la rivière forme un coude très prononcé en contournant la pittoresque éminence des Salelles. Là, lors des
grandes inondations, la rivière rencontrant et la butte escarpée de Roqueyrol et le confluent du Coudoulas,
est forcée, comme la Cèze sous St-Victor, de ralentir son cours, et de là l’immense amas de sable accumulé
en cet endroit et désigné dans le pays sous le nom de Sablas.
La tradition locale d’un trésor caché entre Barre et le Roqueyrol ne viendrait-elle pas des paillettes d’or
jadis exploitées dans ce Sablas ?
L’étymologie passablement originale du mot paillole tiré par Poldo d’Albenas du grec palulogia n’indique-
t-elle pas, d’autre part, la véritable origine du mot Païolive, et ne peut-on supposer que les Romains
chercheurs d’or ont exploité le Chassezac serpentant, comme on sait, pour la plus grande partie de son cours,
entre les hauts rochers du bois de Païolive ?...

 

 

 

 

 

 

L'Almanach Ardèche & Drôme 2022
l'unique, l'authentique et véritable
160 pages. 6,45 euros


(12 euros pour un expédition franco chez vous)

Collection complète des 28 numéros disponibles : 145 euros franco !

Table des matières.
Édito 3. Coccinelles par Bernard Guerry 4. Le Covid 19. 5. Calendrier 2020 6. Les mois 7. Phases de la lune 8. Éclipses, saisons, constellations 9. Calendrier mensuel et jardinage. Janvier à mars 10. Cuisine d'hiver 16. Avril à juin 18. Cuisine de printemps 24. Juillet à septembre 26. Cuisine d'été 32. Octobre à décembre 34. Cuisine d'automne 40. Tarifs postaux 42. Marchés & Foires Drôme-Ardèche 43. Brocantes, artisanat Drôme et Ardèche 49. Radars en DrômArdèche. 51 . Chercheur d'or en Ardèche 52. René F. guillotiné à Valence en 1929 54. Eloge de nos vins de la vallée du Rhône 56. Des Chouans de Haute-Ardèche 59. Poésies de Clotilde de Surville 62. Pass- sanitaire en Drôme-Ardèche 63. Bonaparte et Crussol 70. Rendez-vous galant aux Eaux de Vals 74. La tarte à Tain 78. La confrérie de la jolie treille 79. Bonaparte expulsé du Polygone 85. Hommage à Pierre Charrié 87. Prêtres devant cours d'assise de Privas 89. Filière aéronautique et spatiale en Ardèche 93. La mémoire du temps 99. Sudokus 101. Les sources de la Loire 102. Le collège de Tournon 103. Sudoku 104. Capitaine Fracasse à Grignan 105. Issarlès en 1464 109. L'Ardèche et ses ponts 111. Les plaques muletières 115. Hommage à Pierre Vallier 117. Valence vue par un gardian 119. Eloi Abert et Chantemerle-lès-Blés 125. Le patairot 127. Les Arméniens en Drôme-Ardèche 131. Souvenir de guerre d'un Bourcain 133. Le Pontias, une légende nyonsaise 137. Cuisine 2022 de Michèle Saint-Alban 142. Viennent de paraître 144. Collectionnez les almanachs 146. Les fêtes 147. L'Horoscope 2021 signe par signe. 151. Correction sudokus 154. Catalogue éditeur-diffuseur 155. 29 policiers drômois et ardéchois 158. Commandez les almanachs 159. Table des matières 160. Blagues pages : 42, 45, 98, 126, 136, 145,, 154.
Bonne, belle et heureuse année 2022.


| Accueil | Éditions | Zoom ! | Publishing house | Home |


© La Bouquinerie & Editions et régions, 1997-2021
Editions et Régions.
La Bouquinerie - 77 avenue des Baumes - 26000 Valence - France
Tel : ++33 (0) 6.88.08.35.96 - Mail : contact@labouquinerie.com
Sauf mention contraire, les images illustrant ce site sont protégées.
Dernière mise-à-jour : 2021 Last update :