La Bouquinerie

Aide / Help Accueil / Home Nous / Us Livres anciens / Old books Editions / Publisher Galerie / Gallery Liens / Links Ecrire / E-mail Commander / Order


 

RENÉ SAINT-ALBAN

 

LES MYSTÈRES

DES VIERGES NOIRES

en Ardèche, Drôme

& AUTRES REGIONS CIRCUMVOISINES


Il n’y a pas un mystère des Vierges noires mais autant de
mystères que de vierges. « L’énigme, par essence, est vierge ».
Depuis un millénaire qu’elles nous regardent fixement en nous
présentant leur bébé – le Jésuculus –, pourquoi exercent-elles
toujours autant de fascination sur nous ? C’est ce à quoi nous nous
efforcerons de répondre en suivant toutes les pistes possibles, sans
aucun tabou. Histoire et même préhistoire, religions avec un s,
symbolisme, ésotérisme et bien d’autres sujets seront abordés pour
tenter de comprendre les messages si mystérieux qui sont portés
par nos vierges.
Celle qui nous susurre à l’oreille : « Nigra sum », nous révèlera-
t-elle un jour ses secrets ? C’est cette quête, dont nous allons
essayer de poursuivre avec vous dans tous les méandres possibles
et inimaginables à travers ces quelques pages. Une énigme à
plusieurs entrées, plusieurs facettes et plusieurs... réponses ? La
chasse au « trésor » est ouverte !

Format 16 x 24 cm. Imprimé sur papier bouffant ivoire. Nombreuses illustrations. Couverture en couleurs. 210 pages.

Prix de lancement 16 euros franco.

Prix à parution 1er mars 2023 à 19 euros+ 7 euros de frais de port = 26 euros


Vierge noire de Sablières

Extrait

" Je suis la nature, mère des choses,
maîtresse de tous les éléments,
origine et principe des siècles,
divinité suprême, reine des Mânes,
première entre les habitants du ciel,
type uniforme des dieux et des déesses.
C'est moi dont la volonté gouverne
les voûtes lumineuses du ciel,
les souffles salubres de l'océan,
le silence lugubre des enfers.
Puissance unique, je suis par l'univers entier
adorée sous plusieurs formes,
avec des cérémonies diverses,
avec mille noms différents.
Les Phrygiens, premiers nés sur la terre,
m'appelle la Déesse-Mère de Pessimonte ;
les Athéniens me nomme Minerve la Crécopienne ;
chez les habitants de Chypre, je suis Vénus de Paphos ;
chez les Crétois armés de l'arc, je suis Diane Dictynna,
chez les Siciliens, Proserpine la Stygienne ;
chez les habitants d'Éleusis, l'antique Cérès,
les uns m'appellent Junon, d'autres Bellone,
certains la Déesse de Rahmonte .
Mais ceux qui les premiers sont éclairés par les rayons du soleil naissant, les peuples de l'Ethiopie, de l'Asie
et les Egyptiens, puissants par leur antique savoir,
ceux-là me rendent mon véritable culte
et m'appellent par mon vrai nom :
la Reine Isis."
(Apulée , Métamorphoses, XI, 4)

Il n'y a pas un mystère des Vierges noires mais autant de mystères que de vierges. " L'énigme, par essence, est vierge ". Depuis un millénaire qu'elles nous regardent fixement en nous présentant leur bébé - le Jésuculus, pourquoi exercent-elles toujours autant de fascination sur nous ? C'est ce à quoi nous nous efforcerons de répondre en suivant toutes les pistes possibles, sans aucun tabou. Histoire et même préhistoire, religions avec un s, symbolisme, ésotérisme et bien d'autres sujets seront abordés pour tenter de comprendre les messages si mystérieux qui sont portés par nos vierges.

 

Table des matières

INTRODUCTION 11
NOS VIERGES NOIRES 13
LA VIERGE NOIRE DU PUY 17

QU'EST-CE QU'UNE VIERGE NOIRE ? 22
1- Matériau : Bois 24
2- Datation : du XIe au XIIIe siècle 29
3- Posture : Vierge en majesté 34
4- Regard hiératique 37
5- Des mains allongées 40
6- Figure orientale ou égyptienne 43
7- Visage de la vierge très travaillé 45
8- Tricolore : bleu, blanc, rouge 46
9- Dimensions identiques 49
10- Pèlerinage 53
11- Proche d'un ordre religieux, d'une abbaye bénédictine ou cistercienne ou maison templière 58
12- Esotérique 59
La crypte souterraine, utérus d'Isis 59
13- Miracle 62
Guérison des aveugles 62
Fécondité retrouvée 63
Résurrection des enfants morts-nés pour pouvoir les baptiser 64
Accalmie de la tempête 68
Libération des captifs. 69
14- Couleur verte 70
15- Près d'une source, d'une grotte 72
16- Forces telluriques 76
17- Couronnement des vierges noires 78
Le Couronnement de Notre-Dame de la Mure 79


POURQUOI DES VIERGES NOIRES ? 88
L'énigme des Vierges noires 90
1- L'enfouissement dans la terre 93
2- Oxydation du bois 98
3- La fumée des cierges 99
4- Un procédé de vieillissement 100
5- La référence à la Bible : " Nigra sum ". 101
6- Les Croisades 104
7- La teinte d'orientalisme 105
8- Le noir est sacré 107
9- Un culte d'Isis ou de Mithra 108
10- La déesse mère 115
11- L'Eve originelle 120

LES VIERGES NOIRES ARDECHOISES 122
Andance. 123
Baix. 124
Le Béage. 125
Borée. 126
Bourg-Saint-Andéol. 128
Châteaubourg. 130
Cornas 131
Félines. 133
Joyeuse. 134
Lablachère. Notre-Dame de Bon Secours. 138
Mayres. 144
Pont-de-Labaume. Niègles 145
Prunet. 146
Sablières. 148
Saint-Agrève. 152
Saint-Romain-d'Ay. 154
Saint-Victor 157
Thines. 158
Pradelles. 160

LES VIERGES NOIRES DROMOISES 164
Aleyrac. 165
Chantemerle-les-Blés. 166
Pont-de-Barret 167
Soyans. 168

EN GUISE DE CONCLUSION ? 169

QUELQUES VIERGES NOIRES CIRCUMVOISINES 175
INDEX 176
BIBLIOGRAPHIE 179
TABLES DES MATIERES 183

Couronnes d'une Vierge Noire et de son Jésuculus

Index

abbaye,32, 58, 74, 76, 79, 104, 125, 130, 146, 147, 188
ablutions,67
Accalmie de la tempête,68, 188
accouchement,63, 65, 67, 68, 116
Adam,171
Aisne,66
Albin Mazon,123, 128, 151
Alcinius,128
Alésia,145, 203
Aleyrac,164, 187
Amenhothep 1er,116
Ana,169
Andance,122, 187
Angelo Roncalli,78
Anis,19, 53, 169
Annonay,153, 156, 192, 195, 197, 200, 202
Aphrodite,60
Apulée,7
archange,111
Ardèche,4, 5, 13, 26, 78, 92, 109, 113, 122, 125, 126, 129, 135, 142, 144, 151, 154, 155, 159, 169, 185, 191, 192, 193, 194, 195, 196, 197, 199, 200, 201, 202, 203, 204, 206
Ariane,60
Ariège,30, 31
Aristote,119
Artémis,72, 112, 113
Astarté,73, 112
Auriolles,195
Autun,145, 146
Auvergne,14, 15, 19, 20, 22, 29, 96, 185
aveugles,62, 133, 188
Avioth,66
Baix,123, 187
Banne,195
Bayeux,69
Belem,30, 112
Bélisama,30, 113
bénédictin,58
Bernard de Clairvaux,91
Bernard de Clervaux,12, 172
Berrias,142
bétyle,73
Bible,24, 25, 101, 102, 103, 188
Black Annis,73
Blandy-les-Tours,65
bœuf(s), 94,110
Bois-Vieux,167
Borée,125, 126, 187
Borne,195
Boudha,40, 42, 112
Bourg-Saint-Andéol,109, 127, 128, 159, 187, 195
Brigantia,31
Brigit,31
Byzance,71
Cantiques,24, 101
Carnac,155
Carte,8, 21, 97, 161, 196, 199
Çatal Höyük,115
cèdre,14, 24, 49, 151, 159
Celtes,75, 76, 194
celtique,12, 94, 95, 112, 165, 169
Cérès,7, 78, 113
Chalencon,138
Chantemerle-les-Blés,165, 187
chapelle Saint-Joseph,155
Chappes,66
Charlemagne,94, 96, 146
Chartres,19, 74, 75, 92, 98, 105, 108, 183, 184
Chartreuse de Bonnefoy,126
Chassezac,195
chasteté sexuelle,112, 113, 169, 170
Châteaubourg,129, 187
Christ,20, 25, 29, 34, 40, 42, 78, 101, 105, 107
christianisme,34, 49, 50, 59, 72, 91, 113, 117, 118, 145, 172
chthoniennes,71
chtonien,61, 168
chtonienne,72
cierges,65, 71, 99, 106, 128, 188
cistercien,58
Clermont,26, 27, 29, 70
coagula,47, 48, 71
Coiron,123, 196, 197, 199, 202
Compostelle,20, 57, 76
concile de Nicée,94
Coptes,108
Cornas,78, 79, 81, 85, 130, 131, 184, 185, 187
courant tellurique,76
couronne,78, 82, 83, 84, 85, 128, 131, 141
Couronnement,78, 79, 86, 184, 188
couvent de Picpus,133, 136
Crest,164, 191, 192, 195, 202, 204
Croisades,104, 153, 159, 189
Cronos,60
crypte,59, 74, 75, 96, 106, 113, 146, 188
Cuiseaux,66
Cybèle,7, 73, 108, 109, 114
Czestochowa,19, 28
Dagda,169
Dame aux fauves,116
Dame de Malte,169
Dana,169
Danaé,60
Daurata,63
déesse mère,115, 126, 189
Déesse Originelle,113, 169
Déesse-Mère,7, 72, 95, 114
déesses-cloches,34
déesses-mères,113
Déesses-mères,60, 96, 117
Déesse-Terre,95
Déméter,60, 73
Diana,112, 169
Diane,7, 60, 107, 108, 112
Dieu-Père,117, 172
Diodore de Sicile,119
Dionysos,112, 169
disparus en mer,64
docteur Francus,123, 128, 142
dolmen,53, 76, 95, 203
Douvres,66
Druidisme,90
Durtail,79, 130
eau mercurielle,58
Échamps,126
Égypte,14, 38, 107, 108, 109, 116
Eleusis,7, 117
Éleusis,60, 70
énergie cosmique,77
enfant mort-né,64, 65
Enfers,70
enfouissement,93, 94, 188
énigme,6, 9, 11, 12, 23, 57, 61, 90, 184, 188, 200, 201, 202, 204
entrailles,89, 172
Entrechaux,108
Enval,113
Éphèse,116, 171
Eve,120, 171, 189
Extrême-Orient,42
Faverney,66
fécondité,14, 41, 50, 63, 70, 72, 96, 117, 168, 173
Fécondité,63
Félines,132, 187
féminité,30, 60
Flavigny,146
forces telluriques,75, 94, 155
Forces telluriques,76, 188
Fourvière,92, 128, 154
franc maçon,48, 61, 168
Fulcanelli,29, 59, 71, 113
Gaïa,7, 96, 117, 173, 190
Galatée,60
Galice,77
Gaule,53, 59, 90, 91, 113
gaulois,30, 91
Gaulois,53, 91, 169, 203
gématrie,51
géobiologique,77
Gilgamesh,112, 169
Gnose,52
Gorgone,31
Grande Déesse,73, 96, 113, 117, 169
Grande Mère,76, 114
Gras,123
Grégoire le Grand,22, 108
Grospierres,195
grotte,4, 72, 75, 95, 96, 188, 194, 203, 204
Guérison,62, 188
Guilherand,79, 130, 201
gynocratie,119
Hébreux,24, 50, 113, 170
Hécate,73
Henri IV,56
Hermès,61
hiératique,11, 29, 37, 38, 111, 188
Horus,15, 32, 114, 172
idoles païennes,94
illumination,57
Immaculée Conception,117, 168, 172
initiation,12, 61, 76, 170
Innani,73
intouchée,113, 170
in-utéro,67
invasions,93, 94, 95
Irénée,90
Ishtar,60, 112, 169
Isis,7, 12, 14, 15, 30, 32, 59, 60, 73, 107, 108, 112, 113, 114, 118, 120, 155, 169, 170, 172, 183, 188, 189
Islam,49, 50
Israël,24, 101, 103
Jean XXIII,78
Jérusalem,20, 24, 62, 101, 102, 104, 170, 204
Jésuculus,9, 34
Jésus,20, 22, 29, 34, 35, 46, 82, 83, 84, 89, 94, 99, 105, 112, 117, 128, 131, 134, 151, 154, 169, 170, 171, 172
jeune fille,103, 113, 170, 205

Gros plan vierge noire de Sablières


Joyeuse,133, 134, 135, 136, 139, 140, 141, 187
Junon,7, 60
Kaaba,73, 107
Kali la Noire,73
Kemet,116
la basilique de la Daurade,63
la Bégude-de-Mazenc,164
La Louvesc,149
La Mecque,73
Lablachère,78, 137, 138, 139, 141, 187
lac de Constance,89
Le Béage,124, 187
Les cultes anciens,113
Libération des captifs,69
Liesse-Notre-Dame,66
limbes,64, 67
Loire,47, 91, 194, 200
Lourdes,72, 78
Lucas Cranach,67
Lutoticia,32
Lyon,40, 41, 42, 82, 83, 90, 131, 200
Macedonia,128
Madone,19, 34, 80, 131, 134, 135, 136
Manosque,66
Marduk,112, 169
Marie,7, 11, 13, 20, 22, 34, 35, 42, 57, 62, 63, 64, 68, 70, 71, 78, 89, 91, 92, 94, 113, 116, 117, 125, 134, 135, 137, 138, 140, 141, 142, 149, 159, 170, 171, 172, 173, 191, 201, 202, 204
Marie Couderc,149
Marie Rivier,159
martyrs,78
materia prima,59, 75
maternité,34, 60, 116, 144
Mayres,143, 187
mégalithes,94, 95
menhir,76, 95, 96
menhirs,77, 96, 113
Menorah,50
Mercure,52, 78
mère de Dieu,91, 113, 171
métaphysique,40, 41, 42
Minerva,30
Minerve,7, 31
Miracle,62, 188
miracles,62, 68, 77, 94, 96, 133, 136, 139, 145, 159
Mithra,108, 109, 111, 114, 189
Molines,125
momies,43, 46, 99
Monastier-Saint-Chaffre,125
monastique,94
Monseigneur Couderc,78, 82
Montaignes,56
Montchaud,167
Mont-Réal,38
Montserrat,19
monument mégalithique,76
Moreneta,19
Moustiers-Sainte-Marie,66
myste,114
mythe,29, 60, 70, 120
N.D. de Hal,105
Nemeton,31
Néolithique,117, 119
Neuilly-sur-Seine,69
Niègles,144, 187
Nigra sum,101, 102, 188
Notre Dame de Lestra,151
Notre Dame de Sous Terre,74
Notre-Dame d'Echamps,125
Notre-Dame d'Avioth,66
Notre-Dame de Beauvoir,66
Notre-Dame de Bon Secours,137, 138, 141, 142, 167, 187
Notre-Dame de Bonsecours de Bois-Vieux,167
Notre-Dame de Coussignac,127
Notre-Dame de la Délivrande,69
Notre-Dame de la Mûre,78
Notre-Dame de la Vassivière,65
Notre-Dame de Laval,44
Notre-Dame de Navas,156
Notre-Dame de Tence,47
Notre-Dame de Tortose,44
Notre-Dame de Vassivière,66
Notre-Dame des Fers,66
Notre-Dame du Noyer,66
Notre-Dame la Brune,164, 174
Notre-Dame la Daurade,63
Notre-Dame-d'Ay,113
Notre-Dame-de-Bonne-Mort,27
Notre-Dame-de-la-Paix,133
Notre-Dame-de-Nazareth,108
Notre-Dame-des-Bonnes-Couches,63
Notre-Dame-des-Neiges,106
Notre-Dame-la-Brune,166
nouveaux-nés,66
numérologie,50
Olivier de Serres,194, 195
ondoiement,67
Orcival,26, 27, 46, 66, 98
Orient,24, 35, 44, 104, 105, 109, 197
orientale,12, 24, 43, 92, 94, 188
Osiris,14, 15, 59, 112, 114, 169, 172
Oxydation,98, 188
Païolive,195
Palerme,38
Palestine,44, 125
pape François,159
paradis,64, 67
Paris,32, 62, 135, 137, 183, 204
Parisii,32
Paul VI,149
pèlerinage,11, 20, 44, 53, 56, 57, 79, 96, 123, 125, 127, 130, 140, 141, 146, 167
pèlerinages,14, 53, 72, 100, 153, 155
persécutions,93
Perséphone,30, 60, 70, 73, 113
Pessimonte,7
Phénicie,44
pierre branlante,95
Pierre Noire,72
pierre philosophale,58, 59, 71
pillards,93
Pont-de-Barret,166, 187
Pont-de-Labaume,144, 187
Pouzin,123, 196
Pradelles,159
Proserpine,7
Prunet,145, 187, 193, 199
Psyché,60
Puy,14, 15, 18, 19, 20, 23, 43, 54, 55, 56, 57, 58, 66, 78, 79, 92, 99, 105, 125, 128, 130, 144, 154, 165, 183, 185
Pythagore,114
Râ,15
Rahmonte,7
réseau Curry,77
réseau Hartmann,77
ressusciter,66
Résurrection,64, 188
Rhéa,60
Rocamadour,19, 62, 68, 70, 92, 98
Roche-de-Glun,129
Rodez,78
Romains,24, 53, 95, 109
rondes de la saint Jean,173
Rosières,139
Roubion,166
roue,169, 173
Rozier-Côtes-d'Aurec,91
Rubens,171
Sablières,27, 147, 148, 149, 187
saccol,195
sage-femme,67
sagesse,4, 29, 38, 42, 48, 52
Sagnes,194
saint Augustin,12
saint Bernard,24
Saint Bernard,11, 13, 58, 92
Saint Euphémie,166
saint Jean,173
saint Louis,44
Saint Louis,14, 43, 125, 159
saint Luc,19, 94, 110
Saint Martin,90
saint Michel,63, 95, 111
Saint Michel,109, 111
Saint-Agrève,151, 187, 195
Saint-Barulas,122
Saint-Bosc,122
Saint-Chaffre,79, 130
Sainte Reine,145
Sainte-Euphémie,123, 166
Sainte-Foy,26
Saint-Julien-du-Colombier,127
Saint-Laurent-les-Bains,106
Saint-Lizier,30, 31
Saint-Maur,146
Saint-Paul,99
Saint-Romain-d'Ay,153, 187
Saint-Savin,104
Saint-Victor,27, 46, 104, 156, 187
Salers,105
Salles-sous-Bois,164
Salve regina,89
Sampzon,195
sanctuaire,19, 28, 53, 62, 63, 64, 65, 68, 69, 78, 79, 107, 128, 130, 136, 139, 141, 167
sanctuaires,44, 64, 66, 114
Sara,73, 105, 106
Sarrazins,159
Satan,171
Savenna,166
sceau de Salomon,61, 76, 172
sedes sapientiae,34
serpent,37, 76, 95, 171
sexualité,113, 170
solve,48, 71
source,6, 46, 53, 72, 77, 94, 96, 100, 120, 164, 173, 188
Soyans,167, 187
spiritus mundi,71
statues-reliquaires,70
St-Chaffre,147
Stella Maris,69
St-Paul-le-Jeune,195
substance noire,118
subterrestre,29, 60, 75, 170
Sucellos,91
suicidés,64
surnaturel,90
symbole,24, 26, 30, 40, 41, 43, 61, 71, 72, 78, 103, 110, 120, 172
symbolisme,9, 50, 59, 61, 113, 172, 183
Syrie,44, 70, 71
Table d'Emeraude,61
Tanargue,169
Tanit,73
Taranis,169
taureau,7, 109, 110, 111, 114
taurobole,114
temple romain,76, 108
Templiers,58
Thines,77, 148, 157, 158, 161, 187
Thomas d'Aquin,12, 68
Toulouse,63, 135
Tournon,4, 56, 153, 154, 192, 194, 202
Tournus,46, 174
Tours,90
triangle isiaque,114
Trimégiste,61
Tulle,68
tympan,108, 173
utérus,59, 113, 188
Vaison-la-Romaine,31
Valence,4, 6, 78, 80, 129, 131, 191, 192, 193, 196, 200, 201, 203, 204, 205, 206
Varron,119
Vénus,7, 30, 52, 60, 69, 113, 115
Viallar,126
vierge,9, 11, 12, 13, 14, 19, 20, 22, 29, 34, 42, 43, 45, 47, 53, 56, 58, 61, 63, 68, 69, 75, 78, 106, 111, 112, 113, 128, 129, 151, 152, 153, 155, 158, 159, 166, 168, 169, 170, 172, 183, 184, 188
Vierge noire des croisades,104
Vierges Noires,3, 5, 8, 12, 15, 19, 21, 29, 42, 44, 47, 57, 71, 72, 73, 76, 96, 97, 109, 110, 112, 114, 129, 161, 169, 170, 183, 184
Villeneuve-de-Berg,193, 194, 199
virginité,61, 170
Viviers,78, 127, 138, 140, 141, 194, 199
volcans éteints du Vivarais,39, 45, 46, 49, 183
vouivre,76
Willendorf,115
Wouivre,76
zodiaque,61, 172

Vierge noire

Collection Bouquinerie

BIBLIOGRAPHIE
Atlantis n° 266 - Les vierges noires en France, La Vierge noire Isis, Du symbolisme cosmique aux Vierges noires par F. Dupuy-Pacherand, La Vierge noire des Atlantes par Henry Bac, Notre Dame de dessous terre par Eugène Canseliet, Vierge cosmique. Bureaux de la revue Janv-Fev 1972.
Basilique cathédrale Notre-Dame du Puy. Guide du visiteur. Ed. Jeanne d'Arc, 2000.
Bayard, J-P. Déesses mères et vierges noires. Ed. de Rocher, 2001.
Bermann, Roland. La Vierge noire, vierge initiatique. Dervy, 1990.
Bochart de Saron, Franc¸ois-The´odore. Histoire de l'e´glise ange´lique de Notre-Dame. Le Puy : A. Delagarde, 1693
Bonvin. Jacques. Vierges noires. La réponse vient de la terre. Derry-Livres, 1988.
Bréhier, Louis. À propos de l'origine des vierges noires. Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres Année 1935 79-3 pp. 379-386.
Caillet. Pourquoi la Vierge de Chartres est-elle noire ? Chartres, 1863. 8pp.
Cassagnes-Brouquet, Sophie. Vierges noires. Regards et fascination. Ed. du Rouergue, 1990.
Comte Roland. Vierges noires vivaroises. Cahiers de Cévennes, Terre de Lumière. N°3, 1988.
Darchen Bernadette. Vierges Noires. Le grand secret. PLB, 2011.
Egron, A. Le culte de la Sainte-Vierge dans toute la Catholicité, Principalement en France et dans le diocèse de Paris, depuis l'établissement du Christianisme jusqu'à nos jours Gaume frères, 1842.
Faujas de Saint-Fond. Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay; Avec un discours sur les volcans brûlans, des Mémoires analytiques sur les Schorls, la Zéolite, le Basalte, la Pouzzolane, les Laves & les différentes Substances qui s'y trouvent engagées… Grenoble, Joseph Cuchet, 1778. IV-XVIII-II et 460 pages, 20 planches dont 1 double. (Retirage en fac simile La Bouquinerie).
Fêtes du couronnement de N-D. de la Mûre. Cornas, 7 juillet 1946.
Gordon, Pierre. Les vierges noires. L'origine et le sens des contes de fées Mélusine. Arma Artis, 1983.
Graveline, François. Majestés romanes. Philéas Fogg, 2002.
Graveline. Vierges romanes. Debaisieux, 2018.
Guilaine. Femmes d'hier. Images, mythes et réalités du féminin néolithique. Odile Jacob, 2022.
Hani, Jean. La vierge noire et le mystère marial. Tredaniel, 1995.
Huynen, Jacques. L'Énigme Des Vierges Noires. Robert Laffont, 1972. Collection Les énigmes de l'univers.
Le Marchant, Jehan. Le livre des Miracles de Notre-Dame de Chartres. Ecrit en vers, au XIIIe siècle. Publié pour la première fois, d'après un manuscrit de la bibliothèque de Chartres; avec une préface, un glossaire et des notes par G. Duplessis. Chartres, Imprimerie de Garnier, 1855. In-8, ix-lxiv+318 pp., 2 chromolithographies.
Letellier. Marcel. Histoire d'une vierge noire. Morel. 1969.
Letemple. Pierre-André. Les merveilleux pouvoirs des Vierges Noires. Ed. Alain Labussière, 2004.
Markale, Jean. Chartres et l'énigme des Druides. France Loisirs, 1988.
Meer, Annine E.G. van der. La Vierge Noire : des Origines à la fin des Temps. Pansophia Press, 2018.
Notre-Dame de Pradelles. La belle histoire. Association des fidèles de N-D de Pradelles. 2019.
Pastré, abbé Paul. Notre-dame de Cousignac. Notice historique. Aubanas, Habauzit, 1919.
Paul, Frédéric. Les vierges noires. Julliard, 1997.
Plaquette souvenir des Fêtes du Couronnement de N-D. de la Mûre. Cornas, le 7 juillet 1946. Privas. Imprimerie Lucien Volle, 1946. 24pp.
Poulenc Francis. Litanies à la Vierge Noire. Dates de composition : 22-29 août 1936.
Pize. Louis. Le cantique de Notre-Dame d'Ay. Au Pigeonnier, 1921
Prat Georges. L'architecture invisible. Arkhana Vox, 2021.
Saillens, Émile. Nos Vierges noires. Leurs origines. Editions Univer-selles, collection : Connaissance de l'homme, 1945. Réédition : Saillens, Émile. Nos Vierges noires. Arma artis, 2002.
Sanctuaire de N.D. de la Mûre. Cornas, Ardèche. Fêtes du couron-nement. 4 juillet 1946. Romans, Domergue, 1946, 40pp.
Vierges romanes d'Auvergne. Lanzac, Le Point, 1943. (Ouvrage collectif : Emile Male, Louis Bréhier, Marcel Grommaire) Nom-breuses photos NB du Dr. Cany.
Vilatte Sylvie. La "dévote Image noire de Nostre-Dame" du Puy-en-Velay : histoire du reliquaire roman et de son noircissement. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 74, fasc. 3-4, 1996. Histoire médievale, moderne et contemporaine - Middeleeuwse, moderne en hedendaagse geschiedenis. pp. 727-760.
Wirth, Thierry. Les vierges noires. Oxus-Editions, 2009.

EXTRAIT

Saint-Romain-d'Ay.
La vierge Noire de Saint-Romain-d'Ay
Cette statue rapportée des Croisades par Odon (N-D d'Ay, hier et aujour-d'hui, par Michel Faure) fut détruite pendant les guerres de religion mais refaite sur les ordres du comte de Tournon d'où leur blason gravé sur le socle. Les pèlerinages se succèdent toujours d'avril à octobre avec deux points culminants : le 15 août et le 8 septembre. Près de 10 000 per-sonnes y passent cha-que année.
Anecdote : Une bergère tombant à l'eau cria : " Aïe ! Notre-Dame ! Aïe ! " (Au secours ! Notre-Dame, Au se-cours !). Une main in-vi---sible l'arrêta dans sa chute et elle fut sau-vée. D'où le nom donné à la rivière et au lieu : Ay. On peut donc penser que le nom dériverait de Aïgo (eau).

Sinon, Ay viendrait de Ai-gus, fils d'Abducille, roi des Allo-broges, fondateur de Roussillon. (Mazon/Fran-cus, Voyage autour d'Annonay).
Notons une vari-ante de l'histoire rappor-tée par la tradition populaire faisait crier par un berger qui assistait à la scène à la bergère : " T'y fie pas, nage toujours. " Le tout en patois que nous ne savons que transcrire phonétique-ment : " Ta fia pas, nadge toudjou." (Cf Mme X, de Tournon)

 

Notre Dame d'Ay

Cette statue en bois mesure 76 centimètres de haut. Elle représente la Vierge assise tenant l'enfant Jésus sur son genou gauche. Le visage et les mains sont peints en noir, les cheveux sont dorés et le vêtement blanc est doublé de bleu. Elle serait plus vieille que la Vierge du Puy et que celle de Fourvière. Une légende veut que le 8 septembre, ses sœurs lui rendent visite pour se rafraîchir !
Signalons que Louis Pize écrivit un Cantique à Notre Dame d'Ay (1921) aux fameuses édi-tions du Pi-geon--nier diri-gée par Char-les Forot : " Dou-ce étoile, régnez au cœur de la Cé-ven-ne ! / De l'Ay torren-tueux aux ba-sal-tes du Puy, / Que tout le Vivarais vous nomme sa gardienne, / Et que notre piété se repose sur lui ! "
L'église de Saint-Romain-d'Ay ren-ferme aussi un très ancien reliquaire contenant une fiole qui a contenu du lait de la Vierge ainsi que deux dents de saint Apollinaire et saint Laurent. (René St-Alban, L'Ardèche Insolite).
Un mardi d'août 2006, l'almanach Ardèche et Drôme avait fait un reportage pour rencontrer la Reine au haut-Vivarais.
Nous avions été aimablement reçu par une dizaine de bénévoles du Conseil économique qui animent le site sous la direction du père Devès.
Des offices se succèdent dès 9 heures du matin dans cette charmante chapelle habilement restaurée et qui abrite la fameuse statue.
La chapelle Saint-Joseph a été construite sur un site fort ancien où Isis était adorée. Succèdent à un oratoire païen, une chapelle a été cons--truite au IXe siècle. A cet empla-cement se trouvent 3 sources qui se rejoignent sous l'autel ainsi que 3 dolmens dont un encore visible est enchâssé dans la muraille du château (voir photo). Le granit uranifère du site est identique à celui de Carnac. Les forces telluriques importantes qui se dégagent de cet endroit étaient parfai-tement ressenties par les pèlerins qui voyageaient nu-pieds. Un culte de la déesse Maya était pratiquée non loin, à Seray.
Nous avons été exceptionnellement autorisé à photographier les couron-nes ornées de joyaux de la vierge et de son enfant. Il n'y plus de procession de la vierge mais des pèlerinages importants (15 août, 8 septembre, 8 décembre). L'associa-tion organise des concerts et des conférences. Des retraites ont lieu à la journée.

 


QU'EST-CE QU'UNE VIERGE NOIRE ? 22
1- Matériau : Bois 24
2- Datation : du XIe au XIIIe siècle 29

PARMI LES 17 CRITERES d'UNE VIERGE NOIRES EN VOICI 2 EN EXTRAITS

sans les photos dont nous avons gardées les légendes

1- Matériau : Bois
Tu trouveras plus dans la forêt que dans les livres ;
les arbres et les pierres t'enseigneront plus qu'aucun maître
ne le fera.(saint Bernard).

Les vierges noires sont toujours en bois. Bois de chêne, de poirier, de tilleul ou plus exotique : cèdre, genévrier d'Orient .
Le bois de cèdre n'existant pas en Europe au Moyen Age, ceci explique leur origine orientale. Il symbolise l'immortalité.
Le bois représente un élément fondamental de la nature, la matière par excellence. Il est la matière de nombreux objets et outils. Il est la matière du feu qui permet la cuisson. Il est associé à la connaissance puisqu'il était un support courant des écritures. Il participe aussi de la symbolique de l'arbre et de ses pouvoirs médiateurs entre le ciel et la terre. C'est dans " les bois " qu'eurent lieu les premiers cultes. Les Grecs et les Romains les consacraient aux divinités. Chaque dieu avait son bois sacré.
" Dans la Bible, l'emploi de métaphores faisant appel à l'arbre et au bois est très répandu. Ainsi, le peuple d'Israël est souvent comparé à un arbre, que ce soit la vigne, l'olivier ou le figuier (Jérémie 2, 21). Les auteurs bibliques rapprochent parfois les caractéristiques parti-culières de certaines sortes d'arbres aux qualités d'êtres humains. À titre d'exemple, le cèdre évoque la grandeur (Cantiques 5, 15), le chêne, la force (Amos 2, 9), l'olivier, la longévité (Psaume 52, 10). Les différentes composantes de l'arbre sont parfois associées à diver-ses expériences humaines. On parle de généalogie en terme de souche, de racines ou de surgeon (Isaïe 11, 1). Le fruit de l'arbre représente l'aboutissement de la descendance d'une personne (Luc 1, 42). Les feuilles et les fleurs sont associées à l'idée d'étendue, de protection, de prospérité (Osée 14, 6).
Quant au bois, on rapproche ses diverses qualités de celles des hommes et des femmes. Le livre des Lamentations décrit ainsi une misère extrême : " Leur peau est collée à leurs os, sèche comme du bois " (4, 8). Job décrit la finitude de l'être humain de cette manière : " Et lui s'effrite comme un bois vermoulu " (13, 28).
" Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, et n'allez pas dire en vous-mêmes : " Nous avons Abraham pour père "; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu " (Matthieu 3. 8-10). "
Dans le livre de la Sagesse 13,13, il est écrit : " Quant aux derniers éclats (de bois), dont il ne peut faire aucun usage, bois tordu et plein de nœuds, il le travaille avec soin dans ses loisirs, il lui donne une figure par la science de son art, et il le fait ressembler à un homme ".
On lit dans le Cantique des cantiques de la Bible, à propos de la femme bien-aimée: "Ta taille ressemble au palmier et tes seins à des grappes" (7:8-9), et elle répond " Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. J'ai désiré m'asseoir à son ombre, et son fruit est doux à mon palais " (2:3).
N'oublions pas que le Christ a été charpentier et a donc travaillé le bois. Il est mort sur une croix (qui a une forme d'homme).
La forme de l'arbre est aussi particulièrement intéressante, car elle rappelle celle de l'être humain. Les pieds sont les racines, le tronc est le corps, les branches sont les bras et le faîte, la tête.
Pour sa mémoire et l'histoire de ses racines, l'homme n'établit-il pas son " arbre " généalogique ?
En Ardèche, nombreux sont les lutins et autres esprits malicieux qui règnent dans les bois. Sorciers et sorcières font leurs sabbats dans les bois .
Bois de vie est aussi le nom que les alchimistes donnent à la pierre parfaite du grand œuvre, plus clairement appelée " baume universel " ou " panacée ", qui guérit tous les maux et assure à ceux qui la possèdent une jeunesse inaltérable.
De nos jours, le bois pourrait aussi détenir certains pouvoir comme le suggère l'expression " toucher du bois ".
Quoi qu'il en soit, toutes nos vierges noires sont en bois avec trois caractéristiques fondamentales :
1- Les plus anciennes se composent d'une âme de bois, revêtue entièrement de métal travaillé au repoussé. Telles sont les statues d'or de Clermont et de Sainte-Foy. Celle d'argent de Notre-Dame d'Orcival date du XVIIe siècle mais a remplacé un revêtement plus ancien.


 

Vierge noire de Niègles

 

2- Ensuite les statues sont simplement peintes et ce sont les plus nombreuses. Quelques

unes ont conservé leurs couleurs anciennes parfois rehaussées d'or, mais beaucoup ont subie les injures de barbouilleurs.
3- Plusieurs enfin sont marouflées, couvertes d'une toile peinte, collées exactement sur le bois. Certains visages ont été peint en noir mais postérieurement. Le décapage de celle de Saint-Victor-de Montvianex a permis de dégager, sous l'enduit noir, des visages aux joues roses et au teint délicat.
Un reliquaire était quelquefois inclus à l'intérieur comme sur celle de Sablières. On pratiquait à l'intérieur une logette, dont l'ouverture se trouve généralement dans le dos. Une autre ouverture placée sur la poitrine était fermée par un gros cabochon de cristal de roche (cristallum des anciens inventaires de Clermont), qui permettait d'apercevoir la relique.

 

Notre Dame de Clermont, appelée aussi Notre-Dame-de-Bonne-Mort.
Pour finir, notons qu' " entre les icônes et les statues il existe plusieurs traits communs. Les icônes sont peintes sur bois et c'est dans des essences variées que sont taillées les statues. Le même type iconographique, celui de la Vierge assise en majesté et présentant l'Enfant sur ses genoux ou sur son bras règne sur les unes comme sur les autres. Icônes et statues sont 1'objet du même culte fervent et sont enveloppées, les unes de plaques de métal, les autres d'un somptueux manteau qui ne laissent voir que les têtes de la Mère et de l'Enfant. "

 

 

Icône de la Vierge noire de Czestochowa,
Reconnaissable facilement grâce aux " balafres " sur sa joue,
souvenirs du pillage du sanctuaire par des bandits hussites
le 14 avril 430, jour de Pâques.

2- Datation : du XIe au XIIIe siècle
C'est à partir de l'an mil que nous connaissons l'apogée de la civilisation médiévale sous la houlette des grands ordres monastiques.
" Au XIIe siècle, pas moins de 80 cathédrales dédiées à Notre-Dame et plus de 500 églises, entre 1170 et 1270, seront édifiées à sa gloire ". (Fulcanelli : le mystère des cathédrales).
La première " image " d'une vierge en cathèdre avec son enfant sur les genoux est dans le manuscrit 145 de Clermont conservé à la Bibliothèque municipale à la cote 0145 (133.-A. 11). C'est un codex en parchemin de 134 feuillets soit 268 pages de 295 mm x 220 mm. (Voir image ci-après du folio 130). Il est daté de 1170-1180 et on peut considérer que c'est une des plus vieilles représentations de notre vierge qui est ici blanche mais avec tous les attributs de la vierge noire, nous y reviendrons. Certains ont même envisagé que les Vier-ges Noires ne sont donc qu'une variété des statues reliquaires de Vier-ge
Ce fut l'évêque d'Auvergne Etienne II qui eut le premier l'idée vers 946 d'enfermer des reliques de la Vierge dans une statue revêtue de plaques d'or et, comme il était abbé de Conques, c'est probablement à lui que l'on doit la célèbre statue d'or de sainte Foy, qui, plus heureuse que la Vierge clermon-toise, est parvenue jusqu'à nous.
La Vierge d'Etienne II constitue un archétype, assise sur sa cathèdre, elle tient sur ses genoux un Christ enfant à tête d'homme et le présente aux hommes. " Tous deux ont le même regard hiératique et familier. Jésus a un geste de bénédiction tandis que sa mère pointe un index démesuré vers la croix. Une attitude qui symbolise la sages-se. "
Nonobstant, notre-Dame semble le pendant lumineux et terrestre d'une vierge noire subterrestre. Chaque lieu de cultes de Vierge Noire à sa propre origine, son propre mythe réadapté, mais elles sont toujours nées sur les fondations d'anciens cultes païens.
Ce culte a été importé en France par la conquête romaine, mais c'est confronté au culte gaulois de Bélisama qui était la sœur et l'épouse de Belem. La similitude avec le culte d'Isis est frappante. Il est clair que nous sommes devant un symbole universel, appartenant à la tradition primordiale, repris et adapté par tous les peuples. " Ancêtres de la Perséphone grecque, elles-mêmes descendantes de lointaines Vénus préhistoriques ".

Inscription dédiée à Bélisama/Minerva en remploi
dans un pont (Saint-Lizier, Ariège)
Bélisama est surtout associée au feu domestique, mais cette déesse du foyer est aussi chargée de l'artisanat du métal (elle est patronne des Forgerons) et du verre. Déesse guerrière, elle veille à la fabrication des armes. Elle est préside aussi aux " beaux arts ", aux activités liées à l'époque à la féminité, en particulier au tissage. Patronne des sources thermales, elle est une déesse guérisseuse pouvant redonner la vie qu'elle peut prendre dans sa dimension guerrière.
On trouve des traces de cette divinité guérisseuse et guerrière dans une zone géographique très étendue, jusqu'à Saint-Lizier dans les Pyrénées.
Une inscription trouvée à Vaison-la-Romaine indique qu'un Nemeton lui était dédié. On l'a assimilé à la Minerve romaine ou à l'Athéna grecque, à Apollon et à Hestia, mais aussi comparé aux déesses Brigantia - la Brigit gaélique - ou Bricta. L'assimilation à Minerve est soutenue par une inscription gallo-romaine découverte en ré-emplois dans un pont de Saint-Lizier - anciens chef-lieu du peuple des Consoranni - en Ariège.
Une dédicace sur céramique a également été retrouvée à Liberchies, en Belgique, dans un contexte de la seconde moitié du Ier siècle au début du 2nd siècle. Ce graffiti montre ainsi la pratique de son culte dans la Civitas des Tongres.

Statue de Minerve.
La déesse est vêtue d'un long peplos, entouré juste sous la poitrine d'une ceinture, à l'origine en métal. Une cape descend des épaules vers le bas du dos, qui prend à l'avant la forme de l'égide habituelle (une peau de chèvre) protégée par la tête centrale de la Gorgone et des serpents. Le bras gauche, plié et écarté du corps, tient un bouclier. Dans la main droite devait se trouver une longue lance, posée sur le sol. Sur sa tête, elle porte un casque.


" C'est ainsi qu'à Paris, une grande statue d'Isis sur sa barque fut longtemps conservée dans l'église Saint-Germain-des-Prés, jusqu'à ce qu'un prêtre la détruise à coup de pioche au 18ème siècle.
La nef ornant les armoiries de la ville de Paris ne serait autre que la barque d'Isis, tandis que la devise " Fluctua Nec Mergitur " rappellerait la navigation héroïque des suivants d'Horus (…)mais aussi celles des initiés circulant dans le secret des temples. Selon certains chercheurs, les antiques parisii, précurseurs des habitants de la capitale devraient même leur nom à la déesse " .

" Le nom même de Parisii pourrait bien signifier " Temple d'Isis ", car il existait au bord du Nil une citée de ce nom et l'hiéroglyphe per figure sur l'enceinte d'un Temple de l'Oise " .

Selon les clercs de l'abbaye royale de Saint-Germain-des-Prés, leur abbaye a été fondée en un lieu où se situait un temple d'Isis. La plus ancienne mention connue de cette thèse est une notule ajoutée à la chronique De Gestis Francorum du moine Aimoin (ixe siècle). Cet ajout est difficilement datable, des XIIIe et XIVe siècles ou peut-être plus précisément du règne de Charles V(1364-1380) ; il y est dit que :
" Cette Isis fut adorée et vénérée jadis par le peuple de la ville de Lutèce dit maintenant Paris, en un lieu nommé Lutoticia, à l'opposé du Mont de Mars. Elle s'y voit jusqu'à présent et elle y était adorée et vénérée par plusieurs princes francs païens, Francion, Pharamond, Mérovée, Childéric, jusqu'au temps de Clovis, premier chrétien. Un temple y fut élevé en l'honneur de Saint Étienne, de la Sainte Croix et de Saint Vincent. Childebert, fils de Clovis, roi des Francs, l'avait fondé. "

Vierge Noire Le Puy

PARMI LES 11 POURQUOI VOICI EN EXTRAITS 2 CRITERES sans les gravures mais avec les légendes
POURQUOI DES VIERGES NOIRES ? 88
L'énigme des Vierges noires 90
1- L'enfouissement dans la terre 93

2-Oxydation du bois

L'énigme des Vierges noires
" l'Occident croit de moins en moins
en Dieu et au surnaturel.
Pourtant, les œuvres d'art et le respect
qu'elles continuent d'inspirer redessinent
aujourd'hui la carte du sacré "
(Cena, 2008, p. 16)

" L'arrivée du Christianisme qui se développe rapidement autour de la Méditerranée va se propager en Gaule dès les premiers siècles (Irénée, Saint Martin). Elle ne se développe vraiment qu'à partir du 4e siècle. Mais le Christianisme est une religion patriarcale (père et fils) et tout en pratiquant le culte chrétien, les peuples continuent à vénérer les déesses Mères très présentes dans leur religion, car le Christianisme n'a pas fait disparaître le Druidisme bien implanté en Gaule . "
Les premiers chrétiens débarquent à Marseille, dans le sud de la Gaule, puis remontent jusqu'à Lyon.
Plus tard, saint Martin, évêque de Tours, parcourt les campagnes pour convertir les populations.

Saint Martin partageant son manteau
Au IVe siècle, les premiers monastères sont construits en Gaule. À la fin du VIIIe siècle, tous les Gaulois sont chrétiens.

 

Dieu gaulois Sucellos derrière l'autel de l'église de Rozier-Côtes-d'Aurec, dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Pour tenter d'harmoniser le christianisme avec les traditions locales, l'Eglise va introduire le culte de Marie (cf. le concile d'Éphèse 431). Mais cette introduction d'une Marie, mère de Dieu, plus classique, plus immaculée, plus chaste va se faire très lentement.
" Bernard de Clairvaux est un fervent admirateur de la Vierge qu'il vénère " plus oultre ne peut ". Il considère la Vierge Marie comme le lien entre le sensible et le divin. Le passage obligé pour joindre les lois terrestres aux lois célestes.
Durant le Moyen âge, et sous son impulsion, le culte marital va prendre des proportions extra-ordinaires, qu'on y songe : pas moins de 80 cathédrales, environ 500 églises et quelques milliers d'églises paroissiales…(sans compter les pélerinages) en 3 siècles seulement la France a charrié plus de pierres que l'ancienne Egypte en n'importe quelle période de son histoire ! "
" Ainsi est-il raisonnable d'envisager une Triple explication aux Vierges noires du Moyen-âge :
- D'une part une survivance de cultes païens y compris d'origine orientale.
- D'autre part l'expression concomitante de la tradition celte.
- Enfin une référence à peine voilée, des artistes (initiés) du Moyen-âge à l'art alchimique.
Et tout le génie de Saint Bernard va s'exprimer en inventant l'expression Notre Dame !
Sous cette appellation inconnue jusqu'alors, tous ces cultes d'origines diverses vont se retrouver " rangés ", fédérés pour pouvoir cohabiter et se fondre dans le culte de la Vierge Marie. "
On en a recensé 198 vierges noires existant en France en 1550. Depuis plus de 80 ont disparu suite aux guerres de religion (30) et à la Révolution (50). La célèbre Vierge noire du Puy (mère des Vierges Noire de l'Ardèche) fut brûlée en 1794. Parmi les Vier-ges noires les plus célèbres, citons celles de Chartres, Four-vière, Rocamadour, du Puy...
Les savants ont beaucoup discuté pour donner à cette couleur une explication ration-nelle. Voici une rapide et forcément incomplète synthèse des principales thè-ses.

Lablachère Notre dame de Bon secours

 

1- L'enfouissement dans la terre
Leur enfouissement a pu être plus ou moins long afin de soustraire les statues aux pillards lors des inva-sions ou des persécutions. Cette protection a permis de les protéger et de leur faire passer des siècles.
Un enfouissement prolongé dans la terre durcit le bois et le noircit.
Très souvent elles sont trouvées dans un champ, par des bœufs, ou près d'une source, ou un buisson d'épines ; souvent en des lieux celti-ques (mégalithes) et toutes procurent le même type de miracles.
Venues du fond des temps, les Vierges noires sont issues de 3 sour-ces : celtique, orientale et monastique ; mais elles sont la manifes-tation d'un phénomène spirituel beaucoup plus vaste.

Le concile de Nicée en 787 avait proclamé que " les images chré-tiennes ne pouvaient être créées de mains humaines pour les diffé-rencier des idoles païennes, comme on opposait les naissances monstrueuses des enfants de Zeus à la pureté de celle de Jésus. Voilà le pourquoi des légendes racontant la découverte des Vierges romanes par des enfants ou des animaux dans des lieux retirés et attribuant leur fabrication aux anges, voire à saint Luc, auteur selon la tradition d'un portrait de Marie. "
Le fond de civilisation celtique avait imprégné les populations : ils connaissaient les lois profondes de l'âme de la pierre, des arbres, des eaux, des forces telluriques. Mais à la chute de l'Empire romain, les invasions successives ont tout balayé.
Charlemagne tentera bien un relè-vement, mais la féodalité mar-quera un nouveau recul. Heureus-ement, les moines bénédictins ont recueilli les vieux manuscrits, tou-tes les sources possibles du savoir et un millier d'abbayes bénédictines se sont créées en quelques siècles en Europe.
Les Vierges noires sont la manifestation d'un phénomène spirituel. Toutes les religions anciennes sont basées sur le principe de la Déesse-Terre ou Déesse-Mère primordiale, et d'un principe mâle avec le Dieu-Soleil fécondant. Toutes ont abouti à des représentations noi-res de ces déesses : Egyptiens, Indous, Iraniens, puis Grecs et Romains, même chez les Indiens d'Amérique.
Nos vierges noires ne sont pas présentes n'importe où mais sont toujours liées à la terre où elles se trouve. Le tellurisme (du latin tellus telluris = terre) est une action magnétique de la terre et ses effets sur l'homme et la nature ; ces courants vibratoires suivent des failles, des cours d'eau souterrains et remontent à la surface du sol à des endroits qui deviennent privilégiés, sources d'effets bénéfiques pour la crois-sance des plantes ou la santé des hommes.
C'est une connaissance pré celtique de l'interaction des pierres et de la nature : elle remonte à l'époque des mégalithes, des pierres levées, et elle avait été interrompue par les invasions ; mais certains initiés en avaient gardé des notions : les Vierges noires sont liées à ces lieux sacrés reconnus, dont l'énergie est captée par la pierre : menhir, dolmen ou pierre branlante : les églises romanes ont repris ce rôle en reformant une grotte, une sorte de dolmen.
L'apparition d'une Vierge noire détermine la reconnaissance d'un lieu sacré, non pas choisi par l'homme, mais trouvé par lui. En étudiant les Vierges noires à la lumière de la géobiologie sacrée, on a pu découvrir que leur implantation sur le terrain n'est pas le fait du hasard. Au contraire, elle correspond à des implantations telluriques précises, prenant en compte les axes solsticiaux. Voici donc une répon-se au fascinant mystère de ces statues noires et pourtant porteu-ses de lumière. La statue est un catalyseur des ondes et est mise en résonance avec le ciel et la terre !
La représentation symbolique de ces courants telluriques est saint Michel : de sa lance il tue un serpent : cela signifie qu'il plante sa lan-ce dans un courant, représenté par la Vouivre, serpent ou dragon. Ces courants sont positifs ou négatifs, mais le menhir peut inverser la polarité.

On sait aujourd'hui qu'un croisement de deux lignes telluriques (N.S.-E.O.) est nocif et pathogène lorsqu'il est superposé à un cours d'eau souterrain. Par contre, autrefois, on utilisait ces courants transmis par les menhirs comme régénérateurs. C'est ce magnétisme qui permettait certains " miracles " des Vierges noires comme la résurrection d'enfants mort-nés.
Il est aisé de vouloir faire ce raccourci à savoir que des statues de mères gauloises ont été cachées, enfouies lors de la christianisation (Charlemagne avait fait excommunier quiconque continuait à les vénérer) dans des sources, des fontaines qui étaient déjà des lieux sacrés celtiques puis romains bénéficiant de la dévotion populaire. Il y avait souvent une source sous les menhirs et les puits (sacrés) des églises rappellent cette source d'énergie et de santé.
Autre endroit de découverte : la grotte. Se rappelant son premier abri, l'homme recrée la . dans ses premières constructions en pierre : chapelle romane sombre, crypte des églises de pèlerinage. Presque toutes les Vierges Noires sont vénérées dans des grottes pour amplifier la résonance magnétique des courants telluriques.
Le culte des Vierges noires est lié au culte des Déesses-mères et de la fécondité des anciens temps. Les mystères qui entourent l'enfantement ont sanctifié ses femmes symboles depuis toujours. Elles puisent leur force et leurs substances élémentaires dans la Terre Gaïa. Dans les mythes fondateurs, la caverne est le lieu de vie de la déesse-mère. " L'orifice de la caverne est comparable à l'organe générateur de la Grande Déesse et c'est aussi le lieu de sépulture. Les cadavres y sont toujours orientés […] la tête à l'Ouest afin qu'en se relevant ils se présentent face au soleil naissant " .

La conclusion pourrait revenir à Marcel Gromaire qui nous disait : " Les Vierges Romanes… ont un parfum de terre. Elles sont des colonnes de terre couronnées de ciel sans solution de continuité. Il y a passage parfait de la terre au ciel sans rupture, sans épanouis-sement, tout droit. Il n'y a pas de bavardage, de questions, de crises de conscience. Un homme de la terre les a faites, sillon vertical. Si l'on souhaite autre chose, il faut s'adresser ailleurs… "

 

Vierge Noire AY


2- Oxydation du bois
Certaines statues étaient bardées de métal (voire d'argent) pour être protégées des attouchements et même des coups de langues (Vierges de Rocamadour et Orcival). Au contact du sol, c'est le métal qui aurait produit par exemple le nitrate d'argent qui aurait coloré les statues en noir.
Sous les influences conjuguées de l'air - et notamment de l'oxy-gène, du dioxyde de carbone ainsi que d'autres substances gazeu-ses - et de l'humidité, les métaux ont tendance à s'oxyder. En général, les produits d'oxydation - oxydes, hydroxydes, carbonates et autres - forment une couche de protection qui empêchent l'ac-tion corro-sive intensive de se poursuivre.
Il se fait que les contenus cellulaires acides du bois (acides chimiquement faibles) peuvent provoquer et accélérer la corrosion de métaux par une dissolution des produits d'oxydation protecteurs, dissolution qui expose les métaux à une poursuite de l'attaque. Le degré de corrosivité diffère selon l'espèce de bois et le métal.

 

 

bon de commande

------------------------------------------------------

Bon de commande
Nom :............................................................... Prénom :............................................
Adresse :.....................................................................................................................
Code Postal :...................................... Ville :...........................................................
Pays :
Téléphone :...................................................... Mail.........................................@.................

Commande ........exemplaire(s) de : LE MYSTERE DES VIERGES NOIRES
au prix de ......... 16 euros franco avant le 1er février 2022

19 euros + port 7 euros soit 26 euros à parution

Prix Public à parution 19 euros +7 euros de frais de port. Total : 26 euros

------------------------------------------------------

merci de votre soutien

Les gardiennes de la Vierge Noire de Sablières

 

| Accueil | Éditions | Zoom ! | Publishing house | Home |


© La Bouquinerie & Editions et régions, 1997-2023
Editions et Régions.
La Bouquinerie - 77 avenue des Baumes - 26000 Valence - France
Tel : ++33 (0) 6.88.08.35.96 - Mail : contact@labouquinerie.com
Sauf mention contraire, les images illustrant ce site sont protégées.
Dernière mise-à-jour : 2023 Last update :