La Bouquinerie

Aide / Help Accueil / Home Nous / Us Livres anciens / Old books Editions / Publisher Galerie / Gallery Liens / Links Ecrire / E-mail Commander / Order


 

Nouvelle édition février 2019 (paru le 26 février 2019, immédiatement disponible)

Un « bulletin de verdict » à nous retourner est joint à ce livre. À vous, lectrice, lecteur, de vous faire une opinion. Aucune de ces deux versions ne vous laissera indifférent et pourtant, vous êtes juré(e) dans ce procès, il vous faut vous prononcer en votre âme et conscience, alors ?

LES AUBERGISTES ÉTAIENT-ILS COUPABLES ?

Parmi toutes les affaires judiciaires, celle de Peyrebeille est une énigme : les aubergistes étaient-ils vraiment des assassins ? La légende a frappé les imaginations, les pièces du dossier ont disparu et pourtant... LECTEUR, en achetant cet ouvrage, vous devenez juré dans ce procès qui défraya la chronique au début du XIXe siècle :

L'AFFAIRE PEYREBEILLE
OU L’AUBERGE ROUGE


Ce livre contient deux versions des faits diamétralement opposées. Le premier ouvrage est celui de d’Albigny : « L’auberge sanglante ». Ce célèbre auteur ardéchois qui présida aux destinées de la Revue du Vivarais donne la parole au Procureur Général dans un style haut en couleur. Le deuxième ouvrage, placé à la suite, est intitulé « l’Affaire Peyrebeille ”, c’est la plaidoirie de la défense écrite par un juriste : Maître Malzieu, avocat au Barreau du Puy. Il dissèque avec la science de l’expert les comptes-rendus d’audience. Un dossier composé de plusieurs textes complète l’ouvrage : le compte rendu de l’époque rédigé par le Président du Tribunal, l’avis d’auteurs régionaux, le vote de lecteurs-jurés d’une précédente édition, des chansons.... Des nombreuses gravures anciennes agrémentent ce dossier. A vous juré(e)s-lecteurs(trices) de donner VOTRE verdict !

NOUVELLE ÉDITION CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE


2019. E & R, Valence. EAN : 9782847941920
La Bouquinerie. 77 avenue des Baumes. 26 000 Valence
www.labouquinerie.com
250 pages. 19 euros + 7 euros port

(Prix de lancement : 20 euros franco jusqu'au 15 mars 2019)

Possibilité de commander avec votre livre le DVD L'AUBERGE ROUGE
avec Balasko, Clavier et Jugnot sorti en 2007.
PRIX DVD SEUL 12 EUROS FRANCO !

30 euros les 2 franco !!!! LE LIVRE (250 pages) + LE FILM

Synopsis et détails
A la fin du XIXème siècle, la sinistre auberge du Croûteux se dresse au milieu des sauvages montagnes du massif des Pyrénées. L'établissement est tenu par Martin et Rose, un couple d'aubergistes qui fait régulièrement assassiner par Violet - leur fils adoptif sourd muet - les voyageurs solitaires pour les détrousser. Par un soir d'orage, le bon père Carnus a sous sa responsabilité un adolescent qu'il doit conduire à un monastère perdu dans la montagne...

L'Auberge rouge est un film français réalisé par Gérard Krawczyk sorti en 2007. C'est un remake du film L'Auberge rouge de Claude Autant-Lara, sorti en 1951 et inspiré des crimes de l'auberge de Peyrebeille. Wikipédia
Date de sortie initiale : 5 décembre 2007. Réalisateur : Gérard Krawczyk. Scénario : Jean Aurenche. Directeur musical : Replicant. Distributeur : Warner Bros.

Si vous voulez vous faire encore plus plaisir : Le livre de nos éditions + le film : 10 + 15 euros = 25 euros franco !!!

+

30 euros les 2 franco !!!! LE LIVRE (250 pages) + LE FILM

le livre seul 19 euros + 7 euros port =26 euros franco
le film seul = 12 euros franco
Le film et le livre = 30 euros franco
offre valable jusqu'à épuisement des stocks

 

Note de l'éditeur en guise de préface
Libraire ancien depuis plus de quatre décennies, j'ai vu passer entre mes mains d'innombrables livres, manuscrits, gravures, cartes postales et autres documents ardéchois. C'est toujours un émerveillement que de voir surgir du passé ces vestiges d'une époque révolue.
C'est aussi un grand plaisir que de faire partager ses trouvailles. C'est ce que je vous propose de faire dans ce livre, fruit du hasard et de la collaboration de fidèles amis. Cette nouvelle édition a été profondément remaniée et enrichie de nombreux documents, la plupart inédits. Le rapport du président du tribunal, conservé aux Archives Nationales, vaut à lui seul le détour, lui qui assure à son ministre : " Jamais président d'assise n'aura un jury mieux composé. "
Je vous livre ici une nouvelle version du texte de d'Albigny : " Le coupe-gorge de Peyrebeille ", un grand classique fréquemment édité, dont il n'en existe pas d'édition illustrée. Une version populaire de l'Auberge Rouge nous a fourni les gravures anciennes. Mais ne fallait-il pas ajouter le poivre après avoir mis le sel ?
Un ami, grand collectionneur et bibliophile averti, mis dans la confidence de notre projet, me confia un manuscrit dactylographié des années 1920 concernant une controverse sur le procès de Peyrebeille. Grâce à l'aimable autorisation de la famille de Maître Malzieu, nous publions à la suite du livre de d'Albigny, ce texte introuvable intitulé " L'affaire Peyrebeille, les aubergistes étaient-ils coupables ? "
Histoire de mieux " manipuler " la lectrice ou le lecteur, la plus grande partie de l'iconographie provient du célèbre roman feuilleton de Beaujoint : " Les auberges sanglantes ".
Ce volume n'ayant pas la prétention de clore le débat ni de répondre à toutes les questions, on se reportera pour plus de rensei-gnements à la bibliographie sommaire des ouvrages sur Peyrebeille et au dossier joint à cet ouvrage.
Maintenant, à vous, Lecteur-Lectrice, qui devenez juré en ce procès qui défraya la chronique, de vous faire une opinion et de vous prononcer en votre âme et conscience.
Vous pouvez donc nous retourner votre " bulletin verdict " qui est impri-mé en fin d'ouvarge.
Alors : coupables ou innocents ?
Bibliographie Sommaire
sur l'affaire Peyrebeille

Pour plus de renseignements, le lecteur pourra se reporter aux ouvrages et films suivants présentés chronologiquement :
- L'auberge de Peyrebeille de Gustave Hallay, drame présenté au Puy le 12 Novembre 1835.
- L'ossuaire du Vicomte d'Arlincourt, 1835.
- Le Coupe Gorge de Peyrebeille par d'Albigny, 1886.
- Première année de la Revue du Vivarais, 1893.
3 articles concernent Peyrebeille. p 163 : Article de P. d'Albigny sur " Les Suppliciés de Peyrebeille " avec les photos des masques mortuaires. p 250 : A. Mazon sur " Le Baron Haussmann à Peyrebeille ". p 73, 113 et 168 : études d'Albin Mazon en 3 livraisons sur " Enjolras-Laprade, juge de paix sous la Révolution " (ce dernier article qui n'a rien de commun avec l'auberge nous renseigne sur l'atmosphère de l'époque sur le plateau, les rancunes, les règlements de compte et les séquelles de la Révolution).
- Les Auberges sanglantes par J. Beaujoint (Éditions populaires du début du XXe d'où sont tirées les gravures qui illustrent notre édition)
- Les aubergistes étaient-ils coupables ? par J. Malzieu, 1921.
- L'auberge de Peyrebeille par Pierre Bouchardon, Albin Michel, 1923.
- Peyrebeille par Roger de Pampelonne. Éditions du Pigeonnier, 1933.
- L'auberge sanglante de Peyrebeille. La mort cévenole. Marcel Lecoq, 1937.
- Guignol à Peyrebeille ou l'auberge de Payaboire par Henri Bernet, Édition du Pigeonnier illustrée par Jean Chièze,1939.
- Peyrebeille par Charles Alméras et Félix Viallet, 1945.
- L'auberge rouge, Film de Claude Autan-Lara de 1951.
- L'énigme de Peyrebeille par J. de Montgros, Ed. du Pigeonnier, 1958.
- L'auberge Rouge de Régis Sahuc,1973.
- L'auberge de la Mort de Michel Peyramaure, Éditions Pygmalion, 1976.
- L'affaire Peyrebeille. Et si les aubergistes étaient innocents ? L'auberge rouge. Pour la première fois, deux versions s'opposent. Éditions de la Bouquinerie.1991

 

Premiere partie

LE COUPE-GORGE
de
PEYREBEILLE
(Ardèche)

Si tristement célèbre dans les Annales du crime
par 26 ans de vols et d'assassinats

 

PAUL D'ALBIGNY

Né en 1831 à Bourg d'Argental (Loire). Directeur du Journal d'Annonay puis du Patriote de l'Ardèche, il fonda en 1893 la Revue du Vivarais. Journaliste, poète mais aussi historien, ami d'Albin Mazon dit le Docteur Francus, il publia l'Auberge de Peyrebeille en 1886 à partir des documents disponibles à l'époque. Il mourut à Paris en 1912.
Le Coupe-Gorge
Histoire de l'auberge de
PEYREBEILLE

Ce n'est point un roman, ce n'est point une œuvre de pure imagination que nous nous proposons d'offrir à la curiosité de nos lecteurs. Le titre seul de cette histoire à la fois si terrible et si véridique, qui émut si profondément le département de l'Ardèche, il y a 120 ans, oblige à plus de sincérité, d'exactitude et de vraisemblance, qu'il n'en peut entrer d'habitude dans un simple roman d'aventures.
La réalité est d'ailleurs tellement émouvante par elle-même, qu'il n'est point nécessaire d'y ajouter, par un effort quelconque, de l'imagination. Les faits se déroulant dans leur ordre chronologique et tels qu'ils ont été recueillis dans les dépositions des témoins appelés au procès criminel qui mit fin à cette lugubre série de crimes, suffisent à imprimer au récit cet intérêt à la fois poignant et terrible que les romanciers recherchent et que quelques-uns atteignent dans leurs œuvres. Tout se prête dans cette sinistre histoire à un pareil intérêt.
Le nombre des assassins, la longue impunité de leurs forfaits, la quantité et la diversité des victimes, le mystère qui régna si longtemps sur de tels forfaits par des complicités qu'il est sans doute plus facile de supposer que d'établir avec certitude, sont des éléments d'intérêt qui n'ont rien à demander à l'invention.
On peut lire dans un des ouvrages du savant naturaliste Faujas de Saint-Fond, dans ses " Recherches sur les volcans éteints du Vivarais " croyons-nous, cette curieuse opinion de l'abbé de Mortesagne. En parlant de l'auberge de Peyrebeille, le savant abbé écrivait : " Il n'y a point d'habitation aussi isolée, il n'y a point d'année que quelques voyageurs ne doivent leur salut à cet abri ". S'il eût vécu 70 ans plus tard, l'abbé de Mortesagne n'eût pu tenir le même langage et rendre un aussi flatteur témoignage à l'auberge de Peyrebeille, plus moderne.
La famille Martin l'avait transformée en coupe-gorge. Qui étaient donc les gens venus là, dans ce site quasi alpestre, mais surtout désert, âpre et sauvage, pour y faire une fortune au prix de la plus hypocrite comédie de l'honnêteté et de la plus horrible cruauté ? Comment s'y étaient-ils implantés et maintenus, faisant souche, et associant leurs enfants, deux filles, à leur sanglante industrie, jusqu'au jour où celles-ci devinrent libres par le mariage dit-on, et purent s'échapper de cet antre infernal où elles n'avaient vu que mort et carnage ! Une question se pose tout d'abord à l'esprit lorsque l'on envisage cette longue série de crimes, commis par plusieurs personnes. On se demande comment de tels attentats ont pu rester si longtemps ignorés, inaperçus et enfin impunis.
L'auberge de Peyrebeille, quoique isolée de centres de population à une distance de plusieurs kilomètres, était cependant placée sur cette grande voie de communication de Clermont et du Puy à la vallée du Rhône par Viviers, qui porte le n° 102 dans le classement des routes nationales. En face d'elle aussi débouche le chemin de Coucouron, le chef-lieu du canton, qui n'est qu'à environ une lieue de là vers le Nord-Ouest. Tous les voyageurs qui allaient de l'Ouest à l'Est et au Sud du département, tous ceux qui venaient de la Lozère ou de la Haute-Loire, comme ceux qui avaient à faire quelque excursion dans cette région peu habitée, étaient forcément conduits à faire une halte dans l'auberge fatale.
Mais, il faut bien le dire, tous n'étaient pas traités d'une façon également cruelle et inhospitalière. C'est cette même circonstance, bien des fois constatée, qui explique comment les soupçons s'égarèrent si longtemps, comment la défiance fut si longue à venir, ainsi que l'intervention de la justice.
L'aubergiste Martin, dit le Blanc, avait pour certains clients des amabilités, des prévenances et des soins qui mettaient l'éloge de son hospitalité dans bien des bouches, et le défendaient contre les soupçons les plus dangereux. Il est notoire que les gens de Peyrebeille ne tuaient pas et ne volaient pas les personnes du pays qui venaient fréquemment pour les besoins de leurs affaires se reposer dans cette auberge et le plus souvent y coucher.
M. M..., avocat, fils d'un avoué de Largentière, racontait à un de ses amis qui nous donna ce renseignement, que son père, dont beaucoup de clients étaient de la montagne, c'est-à-dire du canton de Coucouron, de St-Étienne-de-Lugdarès ou de Montpezat, avait couché plusieurs fois à Peyrebeille.Il s'était fort souvent trouvé porteur d'assez fortes sommes, dans ces circonstances, et Pierre Martin, qui le connaissait fort bien et savait ce qu'il était venu faire dans ces parages, n'avait jamais donné lieu à la moindre défiance par son attitude. D'autres hommes d'affaires et des magistrats, qui avaient été également conduits vers la terrible auberge par les hasards ou les nécessités de leur profession, ont rendu le même témoignage. Aussi M. Tanc, substitut du procureur du Roi à Largentière à l'époque où la justice fut mise en éveil à l'égard de la sinistre renommée de l'auberge de Peyrebeille, racontait-il, en 1865, qu'il avait eu la plus grande peine pour continuer les poursuites commencées contre la famille Martin-Blanc.
Si certains crimes avaient été l'objet de graves accusations répandues dans la contrée par le mendiant Chaze, et par d'autres témoins des mystérieuses et sanglantes opérations auxquelles elles se livraient, il se rencontrait aussi, dans un certain public, des personnes qui se portaient garantes de l'honnêteté des Martin. Des gens de Largentière, dont on ne pouvait pas plus soupçonner la sincérité que le désintéressement en pareil cas, s'efforçaient d'empêcher l'action de la justice, de dérouter ses recherches, d'écarter ses soupçons. Ils considéraient comme des calom-nies tous les bruits terribles qui circulaient contre les Martin, et leurs protestations comme leurs critiques étaient des plus vives à toute nouvelle mesure que l'instruction prenait pour faire la lumière au milieu de ces sanglantes ténèbres.
Un magistrat qui remplissait les fonctions de juge d'instruction à Largentière et eut par conséquent à s'occuper fort en détail de l'affaire de Peyrebeille, M. Teyssier, qui mourut vers 1856, à Toulon, où il était juge, avait conservé des faits de ce drame, des souvenirs analogues à ceux que nous avons rapportés plus haut. C'est lui qui parvint à retrouver le principal et pour ainsi dire l'unique témoin du crime non prescrit, sur lequel la justice devait fonder son accusation.
Il fit tant et si bien qu'il put remettre la main sur le pauvre Chaze, ce mendiant moitié idiot, moitié philosophe, que tout le Bas-Vivarais a connu, mais qui, en raison de son existence nomade, échappa longtemps aux recherches.
Le juge d'instruction Teyssier, dont nous venons de rapporter le témoignage, était de Thueyts, où son frère a été longtemps juge de paix. On comprend donc qu'entre les récits du pauvre Chaze, les vagues rumeurs qui se répandaient dans la contrée, et l'opinion, malheureusement trop favorable que partageaient beaucoup de personnes notables du pays sur les aubergistes de Peyrebeille, la justice ait pu longtemps hésiter ou s'égarer. C'est ce qu'il importait de faire ressortir avant d'entrer dans le vif du récit. Il nous reste enfin à dire quelques mots des auteurs du drame sanglant qui va se dérouler, afin que le lecteur soit plus en mesure de les suivre et de les juger.
Ainsi, en consultant les actes de décès des criminels de Peyrebeille, après leur exécution, on constate que Pierre Martin, dit le Blanc, le principal instigateur et fauteur des crimes de Peyrebeille, avait 60 ans, que sa femme Marie Breysse avait 54 ans, et que Jean Rochette, le domestique le plus terrible de ce trio de meurtriers, avait 48 ans.
Pierre Martin était né en 1773 ; sa femme vers 1779 et le domestique en 1785. C'étaient des enfants de ce siècle plein d'orages, qui devait nous donner la Révolution, et ils avaient déjà atteint l'âge de raison, les deux premiers au moins, lorsqu'éclatèrent les scènes terribles qui marquèrent ses dernières années.
En s'en référant à l'état civil des principaux personnages, tel que l'établit la procédure criminelle, Pierre Martin dit le Blanc était né à Peyrebeille et sa femme à Lanarce, commune dont Peyrebeille dépend.
Quant à Jean Rochette, qu'on a représenté avec beaucoup plus d'imagination que de vérité, sans doute, comme un nègre ou un mulâtre, il était né au hameau de Banne, commune de Mazan. Ce faux nègre était donc aussi un ardéchois, dont le teint plus ou moins coloré a pu donner lieu à cette version plus corsée d'un mulâtre exécuteur des hautes œuvres de Martin et de sa digne épouse, ces pirates de la montagne. Dans les renseignements que nous avons recueillis auprès de quelques contemporains et témoins de l'exécution des assassins de Peyrebeille, nous n'avons pas retrouvé cette remarque, assez particulière cependant, relative à l'aspect de ce prétendu nègre ou mulâtre qui avait nom Rochette, et que l'on a désigné aussi sous le nom de Fétiche, mais dans les romans seulement.
Les mariés Martin, dits Blanc ou le Blanc, ainsi qu'ils sont désignés dans les documents judiciaires, étaient grangers ou fermiers du domaine de Chabourzial, près de Choffour, dans la commune de Mazan avant d'aller se fixer à Peyrebeille. Lorsqu'ils vinrent s'établir sur ce théâtre élevé, dans ce désert de landes et de pierres, que recouvre si longtemps la neige, les époux Martin étaient mariés depuis peu d'années sans doute. La naissance de leur fille ne datait que de l'année 1800, et c'est au domaine de Chabourzial qu'elle avait vu le jour. Elle reçut au baptême le joli nom de Marie !
Les époux Martin eurent une seconde fille le 20 novembre 1805, et celle-là aussi reçut un nom charmant, plein de sourires printaniers et que Gœthe a immortalisé dans sa belle création de Faust. Elle reçut le nom de Marguerite.
.......

deuxième partie

L'Affaire
de
PEYREBEILLE

Les aubergistes étaient-ils coupables ?
Le Puy - 1922

JOSEPH MALZIEU

Joseph Malzieu est né à Dunières le 8 mars 1883. Issu d'une famille qui compta de très nombreux notaires à Goudet, il s'inscrivit au Barreau de la Haute Loire en 1905. Il s'installa au Puy où il exerça sa profession jusqu'en 1960. Rédacteur en chef du journal L'Avenir de la Haute-Loire de 1909 à 1913, il publia à petit nombre l'ouvrage : " L'Affaire Peyrebeille, les aubergistes étaient-ils coupables ? " Il est mort au Puy le 24 septembre 1969.
Avant-Propos
Août 1922
Faire douter de la culpabilité des aubergistes de Peyrebeille paraîtra une gageure. Je ne veux point pourtant qu'on croie à un trait d'originalité ou à une fantaisie de vacances. Depuis bien longtemps, j'ai le projet d'opposer à la légende de Peyrebeille l'examen critique de l'affaire judiciaire. Cela ne m'est pas venu d'ambition d'auteur, mais d'une tradition trouvée dans ma famille.
Mon grand-père Jacques Malzieu, notaire à Goudet, était né en 1800. Il eut, vers sa vingtième année, à rechercher les bribes de la fortune paternelle détruite par la Révolution. Cela l'amena à faire dans la région d'Aubenas de nombreux voyages et des règlements de quelque importance. Quatre fois au moins, il revint avec des sommes formant un total d'environ sept mille francs. C'était beaucoup pour le temps et pour le pays. A l'aller comme au retour, il coupait son voyage d'une nuit passée à l'auberge de Peyrebeille, et chaque fois il confiait à l'aubergiste son pécule, en pièces d'argent, contenu dans des arçons détachés de la selle. Cela se passait en 1820 et 1825, c'est-à-dire pendant la période des crimes attribués à Pierre Martin et à sa femme Marie Breysse. Mon grand-père ne crut jamais à la culpabilité de Pierre Martin, qu'il ne cessa de défendre devant ses fils, malgré l'entraînement de l'opinion autour de lui.
Par contre, il racontait le fait suivant : au retour d'un de ses voyages, traversant le soir la forêt de Bauzon, il fut surpris par un orage et s'égara. Les éclairs apeuraient le cheval qu'il fallait traîner par la bride. Trempé et las, le cavalier s'arrêta au premier feu rencontré. Singulier feu. Dans une maison à moitié ruinée et sans mobilier, des hommes étaient assis en demi-cercle auteur du foyer. L'un d'eux se leva, dévisagea le nouvel arrivant, et l'ayant reconnu : "Vous êtes le Notaire de Goudet ? - Vous tombez bien avec moi. - Je suis de vos côtés." On fit une place à mon grand-père sur l'une des grosses pierres rangées autour de l'âtre. L'impression était si pénible dans cet intérieur désolé, que l'orage fini, le voyageur manifesta le désir de continuer sa route. "Oh ! vous ne craignez rien ici. Vous pourriez attendre le jour. Cependant, si vous tenez à vous rapprocher, je vais vous conduire jusqu'à la route, à la sortie de la forêt."
Un homme alla détacher le cheval, arrêté au gond de la porte de l'écurie et le conduisit par la bride, précédant mon grand-père. "Fais attention qu'il n'arrive rien", recommanda celui qui paraissait le chef. Comme on approchait de la route, deux hommes, attirés par le bruit des fers du cheval sur la rocaille, apparurent au bord du chemin. Le guide siffla d'une certaine façon et expliqua la mission qu'il avait reçue. On continua sans autre incident. Mon grand-père resta persuadé qu'il avait été, cette nuit-là, l'hôte des bandits de Bauzon, dont la bande, reformée plusieurs fois, ne cessa d'exercer ses méfaits jusqu'en 1830, comme on en trouve maintes affirmations au cours des débats de l'affaire de Peyrebeille. J'ai ainsi recueilli, avec mes premières impressions d'enfant, l'opinion, aujourd'hui perdue, que les crimes attribués à la famille Martin étaient le fait de brigands de grand chemin.
On imagine combien ma curiosité fut piquée, lorsqu'en 1903, dînant à Paris auprès d'un ecclésiastique qui a fréquenté les hauts cantons de l'Ardèche, on en vint à parler de Peyrebeille. Mon voisin de table disait tenir de l'un des prêtres qui assistèrent les condamnés (directement ou par intermédiaire, je ne sais plus) les traits suivants :
Quand le convoi partit de Mayres, dernière étape avant l'échafaud, le froid de l'aurore faisait grelotter les malheureux, étroitement liés sur la charrette. Le représentant du Parquet eut la charité de faire apporter du rhum et on en présenta un grand verre à Pierre Martin. Mais la femme supplia son mari et le domestique Rochette de ne pas boire, "Vous êtes faibles, leur dit-elle ; cela vous enivrera. Or, vous êtes des chrétiens, vous devez utiliser les dernières heures qui vous restent pour prier et affirmer votre innocence ."
C'est devant vingt mille personnes au moins (des contemporains ont écrit 60 000), que le bourreau trancha les têtes. Ignoble comme toujours, la foule hurlait de joie. Alors, se frayant un passage jusqu'à l'échafaud dressé très haut et bravant l'hostilité bruyante des spectateurs, l'aînée des filles de Pierre Martin, Jeanne, vint s'agenouiller près du panier de son père. Elle prit la tête ensanglantée de son père, celle de sa mère, les baisa longuement, d'un geste pieux abaissa les paupières et ne se retira que lorsque les aides la repoussèrent. Quel crédit accorder à ces anecdotes ? Quand il s'agit de dépouiller un dossier criminel, aucun. Je ne les ai rapportées que pour montrer comment j'ai été amené à m'intéresser à l'affaire de Peyrebeille.
Il était donc possible de mettre en doute la culpabilité des Aubergistes de Peyrebeille, des monstres de " l'Ossuaire ", de " l'Auberge sanglante ", du " Coupe-Gorge " ...
Et je fus avec avidité aux documents judiciaires. Ceux-ci hélas, sont rares. Le greffe de Privas, ni celui de la cour de Nîmes ne possèdent plus les dossiers. C'est du moins ce qui me fut répondu il y a quinze ans. Mais des chercheurs, de ceux qui ont le divin privilège des longs loisirs, les peuvent retrouver. Puissent ces quelques pages n'être pas l'amorce d'une intéressante controverse.
Si démunis que nous soyons, nous avons cependant l'acte d'accusation, le Verdict, l'Arrêt de la Cour, la déposition à peu près complète des trois témoins principaux, le sens général des réponses des prévenus, le récit des rumeurs controuvées, le résumé des plaidoiries, l'aveu des médecins légistes, de bons plans des lieux . C'est sur ces pièces, en attendant mieux, que doit porter un examen impartial.
Cet examen révèle d'abord ceci : accusés d'un bien plus grand nombre de crimes, Pierre Martin, sa femme Marie Breysse et leur domestique Jean Rochette, ne furent poursuivis que pour deux assassinats, quatre tentatives d'assassinats et six vols. Enfin le jury déclara tous les prévenus non coupables des crimes de tentative d'assassinat, et Martin et Rochette innocents du délit de vol. Le verdict ne retint à la charge de Marie Breysse qu'un vol de cent francs, mais tous les trois furent déclarés coupables de l'assassinat d'Enjolras. Également poursuivi, un neveu de Pierre Martin, André Martin fut complètement acquitté.
La peine de mort prononcée contre les trois accusés principaux fut donc la sanction d'un crime unique. Et encore, ce crime était-il nettement établi ? Nous allons le rechercher en toute liberté, car si l'ordre public exige le respect muet des décisions judiciaires, cela n'est vrai que pour un temps. Il y a près d'un siècle que le couperet ensanglanta l'herbe du clos de Peyrebeille. A ces distances, on peut bien, sans risquer de troubler la conscience publique, se demander si les charges réunies contre les Aubergistes ne laissaient subsister aucun doute.

Troisième partie

 

DOSSIER
PEYREBEILLE

 

 

- Rapport du Président du tribunal (Archives nationales).
- Les commentaires d'auteurs ardéchois.
- Et si les aubergistes étaient jugés aujourd'hui ?
- Poésies, chansons et complaintes de Peyrebeille.
- Bibliographie.
Rapport du président du tribunal
(Archives nationales)
Section moderne
Cote BB 67, rapport sur les assises de l'Ardèche; 2e trimestre, année 1833. Affaire de l'auberge de Peyrebeille. Deux pièces dont un cahier de papier de 14 pages.
Expédié le 13 août 1833
À M. Fornier de Claussonne, conseiller en la cour royale, président de la cour d'assise de Nîmes.
J'ai reçu, monsieur le compte que vous m'avez adressé du résultat des assises tenues sous votre présidence, dans le département de l'Ardèche pour le 2e trimestre de 1833.
J'ai lu avec intérêt les renseignements qu'il contient, ainsi que les observations que vous y avez jointes.
Vu le 26 juillet vu le 20 juillet
Division des affaires criminelles de Grâces
1er bureau
Rapport sur les Assises de l'Ardèche

2e trimestre de 1833. Président M. Fornier de Clausonne. Rapport sur les assises du 2e trimestre de 1833 dans le département de l'Ardèche.
Adressé par le Baron Fornier de Clausonne, conseiller à la Cour Royale de Nîmes
À S. Exc. le Garde des Sceaux de France, Ministre de la Justice.
Nîmes, 8 juillet 1833

Monsieur le ministre
Les Assises du 2e trimestre de l'Ardèche, ouvertes le 10 juin, ont été clôturées le 28 du même mois par le jugement des Contumaces. Elles ont occupé tout cet intervalle de temps, sans aucune interruption.
La longueur de cette session est due principalement à une seule affaire, dont l'importance est telle que je ne crois pouvoir mieux faire que de débuter par vous en présenter l'analyse. Elle remplira la moitié de mon rapport. Je renverrai à une seconde partie les vingt autres affaires que nous avons eu à juger, en les faisant précéder de quelques observations générales.
1 - Pierre Martin, ancien aubergiste, âgé de 60 ans,
2 - Marie Breysse, sa femme âgée, de 54 ans,
3 - Jean Rochette, leur domestique, âgé de 47 ans,
4 - André Martin, leur neveu, âgé de 32 ans.
Tous habitants du lieu de Peyrebeille, commune de Lanarce, canton de Coucouron.
Cette affaire, digne de figurer dans les annales du crime, aurait suffi à elle seule à remplir une assise. Elle nous a occupés pendant sept jours consécutifs. La gravité de l'accusation, l'audition de 120 témoins, leurs hésitations et leurs craintes en présence des accusés, des incidents variés et dramatiques, l'affluence extraordinaire de monde attirée par l'importance de la cause, tout a concouru à nous donner pendant une semaine entière le spectacle le plus digne d'intérêt et le plus solennel.
Peyrebeille est situé sur un point culminant des montagnes de l'Ardèche, faisant séparation entre le bassin du Rhône et celui de la Loire. Le lieu quoique fort isolé, est néanmoins un passage nécessaire pour les personnes qui se rendent du sud du département aux villes de Pradelle et de Langogne. Cette route est assez fréquentée, de sorte qu'il y avait souvent des voituriers, charretiers et voyageurs qui s'arrêtaient à l'auberge de Pierre Martin. Il paraît même que cette auberge était assez achalandée, et c'est par là que Martin a prétendu expliquer la fortune considérable dont il jouissait. Mais l'opinion publique attribuait cette fortune à une cause bien différente, et il existait un bruit sourd et généralement répandu, que Martin s'était enrichi des dépouilles de plusieurs voyageurs que lui, sa femme et son domestique avaient assassinés dans leur auberge.
Les débats ont justifié cette affreuse renommée qui pesait ainsi depuis plusieurs années sur la famille Martin. En faisant la part de la dose d'exagération et de merveilleux qui plaît toujours à la foule, et dont il est permis de croire qu'ont été ornés et embellis quelques-uns des crimes attribués aux Martin, en supposant qu'il y en a une portion qui pourrait bien être controuvée, il en reste encore un assez grand nombre dont la réalité a été établie sur des preuves assez certaines, pour exciter justement contre eux la haine et la réprobation publiques.
C'est ainsi notamment qu'un témoin, âgé de 70 ans, a déposé avec un accent de vérité et de gravité qui a fait frissonner tout l'auditoire, qu'il avait rencontré, il y a dix-huit ou vingt ans, Martin et son domestique Rochette transportant sur un cheval un cadavre dont les bras et les jambes pendaient. Il en reçut un avertissement et des mena-ces énergiques qui ne se sont pas effacés de son souvenir, et qui, jus-qu'à ce jour, lui avaient lié la langue. Cette déposition a merveil-leusement concordé avec plusieurs autres qui tendent à établir qu'à la même époque, Martin avait assassiné en effet un riche marchand juif qu'un hasard cruel avait fait tomber en ses mains, nanti d'argent, de bijoux et de valeurs considérables. Il a été question de 20 ou 30 mille francs. Ce serait donc là qu'il faudrait faire remonter la source de sa fortune.
.....

 

chansons

Fragments recueillis par Maître Malzieu

On avait dans la montagne
De Thueyts à Coucouron
Pour Le Blanc et sa compagne
De la considération
En amis les gendarmes
Venaient causer avec lui.

C'est vraiment un phénomène
Auquel on ne comprend rien,
Que cette femme inhumaine
Ait fait quelquefois du bien,
Qu'elle ait soigné sa cuisine,
Élevé ses deux enfants,
Et fait souvent bonne mine,
À ses malheureux clients.
.......

La Complainte de Peyrebeille
de LAURENT-CEYSSON de Saint-Cirgues-en-Montagne

Chrétiens, venez tous écouter
Une complainte véritable :
C'est de trois monstres inhumains
Leurs crimes sont épouvantables,
Il y a bien environ vingt ans
Qu'ils assassinaient les passants.

A Peyrebeille, en Vivarais
Dans le département de l'Ardèche,
Sur une montagne isolée
Ils établirent leur commerce.
L'auberge est sur le grand chemin
Où ils égorgèrent les humains.

Leurs noms sont : Pierre Blanc Martin,
Dit Lucifer, avec sa femme,
Et Jean Rochette, aussi inhumain,
Était domestique exécrable.
Trop tard le crime est découvert
Pour épargner de grands malheurs.

Le premier homme assassiné
Était marchand de dentelles.
Dans le lit, il fut assommé,
Pour eux, c'était une bagatelle,
Ce premier coup était garant
De vingt-sept ou huit mille francs.

Un curieux Parisien courait,
Disait-il, pour sa fantaisie.
Chez Lucifer il vint loger :
Le mauvais temps lui fit surprise,
Son cheval, dans les champs,
Annonça la mort au passant.
Plus tard les morts étaient traités
D'une méthode différente :
Dans une chaudière la chair cuisait
Couverte avec indifférence.
Avec cette préparation
Ils engraissaient leur cochon.

Un bon préfet disgracié
Sous la chute de Bonaparte,
Chez Lucifer il fut logé
Croyant être en sûre porte
Femme, enfants, fortune et lui
Périrent tous la même nuit.

Le dernier, enfant de huit ans,
Voyant ses parents morts à terre,
Poussa les cris les plus perçants
Demandant vie aux téméraires.
Ces monstres furent sans pitié :
A l'instant il fut assommé.

Un dortoir était réservé
Aux voyageurs portant fortune ;
Double porte était pratiquée.
La nuit, sans faire de murmure,
Rochette, armé de son trident,
Au cou saisissait les dormants.

La victime, la bouche ouvrant
Pour implorer quelque assistance
La femme, avec l'huile bouillante,
Lui gorgeait la bouche béante.
Lucifer, à coups de marteau,
Mettait la victime au tombeau.

Alors Martin faisait grand bruit,
Feignant de maltraiter sa femme ;
Pour que personne ne comprit
Qu'ils assassinaient leur semblable.
- Dis donc, pourquoi viens-tu troubler
Ceux qui viennent se reposer ?
Un grand four était embrasé
Pour consumer bien des affaires :
Carrosses, manteaux et harnais,
Pour eux des signes téméraires.
Il en sortait exhalaisons
Qui empestaient les environs.

Dans le principe ces brigands
Étaient dépourvus de fortune :
Mais bientôt de l'or, de l'argent
Trouvèrent bien leur aventure.
Pour famille, deux filles ont,
Qui secondent bien leur maison.

On ne pourra jamais savoir
Le nombre de tant de victimes ;
On les porte à cinquante trois,
Qu'a révélé le domestique.
Frémissez toutes nations,
Des crimes de cette maison.

Plus longtemps on aurait tardé
D'en faire quelque découverte ;
Ce dernier était réservé
Par ainsi Dieu voulut leur perte.
Au crime ils sont si acharnés
Qu'un parent n'est pas épargné.

L'an mil huit cent trente-trois,
Justement le second d'octobre
Devant la maison des forfaits
Vers midi fut leur dernier rôle :
Trente mille témoins voyant
trancher la tête aux trois brigands.

Grand Dieu ! La terre préservez
De jamais porter de tels monstres
Aucune histoire n'a prouvé
Qu'il y en eût jamais de la sorte.
par les soins de l'Autorité,
Nul n'y sera plus exposé.

 

Table des matières

 

TABLE DES MATIÈRES
Note de l'éditeur en guise de préface 7
Bibliographie Sommaire sur l'affaire Peyrebeille 8

LE COUPE-GORGE DE PEYREBEILLE (PAUL D'ALBIGNY)
Le Coupe-Gorge 11
Claude Béraud 16
L'Auberge de Peyrebeille 36
Vincent Boyer et le vieillard 52
André Peyre 69
Jean-Baptiste Bourtoul 73
Rose Ytier 78
Le vol de Cellier 86
L'assassinat d'Anjolras 90
Le cadavre 101
La découverte du cadavre 106
L'arrestation de Pierre et d'André Martin 109
L'arrestation de Rochette 116
Arrestation de Marie Breysse, femme Martin 120
Épilogue 121
L'interrogatoire 125
Les dépositions. 126
Le réquisitoire 133
La défense des accusés 133
Plaidoirie pour Pierre Martin 134
Plaidoirie pour Marie Breysse 144
Plaidoirie pour Jean Rochette 144
Plaidoirie pour André Martin 144
L'Arrêt de la Cour 146
Après l'Arrêt 147
Le départ pour l'échafaud 149
La triple exécution 152

L'AFFAIRE DE PEYREBEILLE (JOSEPH MALZIEU)
Avant-Propos 161
Un cadavre dans l'Allier 165
La légende 168
Les charges de l'accusation 170
Le mendiant Chaze 174
Les invraisemblances du récit de Chaze 178
Marie Armand 182
Le mystère de la mort d'Enjolras 185
Les audiences 189
La défense 194
Le dénouement 201

LE DOSSIER PEYREBEILLE (PIECES INEDITES)
Rapport du président du tribunal (Archives nationales) 208
Les commentaires d'auteurs ardéchois 222
Et si les aubergistes étaient jugés aujourd'hui ? 225
Poésies, chansons et complaintes de Peyrebeille 233
Peyrebeille ? 233
Peyrebeille 234
Fragments de complainte de Peyrebeille 236
La Complainte de Peyrebeille 237

TABLE DES MATIÈRES 242

 

Possibilité de commander avec votre livre le DVD L'AUBERGE ROUGE
avec Balasko, Clavier et Jugnot sorti en 2007.
PRIX DVD SEUL 12 EUROS FRANCO !

30 euros les 2 franco !!!! LE LIVRE (250 pages) + LE FILM

Synopsis et détails
A la fin du XIXème siècle, la sinistre auberge du Croûteux se dresse au milieu des sauvages montagnes du massif des Pyrénées. L'établissement est tenu par Martin et Rose, un couple d'aubergistes qui fait régulièrement assassiner par Violet - leur fils adoptif sourd muet - les voyageurs solitaires pour les détrousser. Par un soir d'orage, le bon père Carnus a sous sa responsabilité un adolescent qu'il doit conduire à un monastère perdu dans la montagne...

L'Auberge rouge est un film français réalisé par Gérard Krawczyk sorti en 2007. C'est un remake du film L'Auberge rouge de Claude Autant-Lara, sorti en 1951 et inspiré des crimes de l'auberge de Peyrebeille. Wikipédia
Date de sortie initiale : 5 décembre 2007. Réalisateur : Gérard Krawczyk. Scénario : Jean Aurenche. Directeur musical : Replicant. Distributeur : Warner Bros.

Si vous voulez vous faire encore plus plaisir : Le livre de nos éditions + le film : 10 + 15 euros = 25 euros franco !!!

+

30 euros les 2 franco !!!! LE LIVRE (250 pages) + LE FILM

le livre seul 19 euros + 7 euros port =26 euros franco
le film seul = 12 euros franco
Le film et le livre = 30 euros franco
offre valable jusqu'à épuisement des stocks

 

| Accueil | Éditions | Zoom ! | Publishing house | Home |


© La Bouquinerie & Editions et régions, 1997-2019

Editions et Régions.
La Bouquinerie - 77 avenue des Baumes - 26000 Valence - France
Tel : ++33 (0) 6.88.08.35.96 - Mail : contact@labouquinerie.com
Sauf mention contraire, les images illustrant ce site sont protégées.
Dernière mise-à-jour : 2019 Last update :