La Bouquinerie

Aide / Help Accueil / Home Nous / Us Livres anciens / Old books Editions / Publisher Galerie / Gallery Liens / Links Ecrire / E-mail Commander / Order

Le bas-Vivarais au 15e s.
Les communautés, la taille, le roi
Robert Valladier-Chante

16 x 24 cm. 448 pages sur papier bouffant. Couverture blanche en couleurs pelliculée. Livre broché avec rabats. Nombreux dessins de l’auteur, documents, cartes... Préface de Dominique Dupraz. Près de 2 000 patronymes localisés. 35 euros
I.S.B.N. : 2-910669-35-1.

Suivant le fil d’une enquête fiscale de l’an 1464, Robert Valladier-Chante nous propose un long cheminement en pays vivarois à l’automne tranquille du Moyen Age. Les 71 paroisses formant la vaste région s’étendant de l’Ouvèze aux confins de
l’Uzège seront visitées. Grâce à l'indiscrète complicité des agents royaux, nous découvrirons les noms des taillables (2 000 patronymes environ), ancêtres lointains et si proches à la fois... Nous pourrons savoir la place qu’ils tenaient dans la société. Nous connaîtrons le niveau de développement des communautés. En 19 tableaux inspirés de témoignages d’époque, l’auteur restitue ce qu’étaient la silhouette des paysans et des paysannes dans leur environnement et les gestes habituels de leur vie. L’imagination ne prend aucunement le pas sur la vérité. La lettre du roi Louis XI sera aussi une surprise. À travers elle, le lecteur découvrira peut-être une image nouvelle de ce monarque tant décrié. Bien au-delà du seul quinzième siècle, les anciens comptes de feux et les recensements d’habitants permettent d’évaluer le flux et le reflux des communautés : tout un monde attaché à la terre dont on perçoit à travers les siècles « l’immense respiration ». On ne se lassera pas de lire et relire cet ouvrage. Il sera toujours l’occasion d’une découverte.


Préface de Dominique Dupraz

Sommaire

Introduction

Table des patronymes

Quelques illustrations de l'auteur


Préface de Dominique Dupraz

Les soixante douze registres des estimes de 1464 sont considérés à juste titre comme un des fleurons des Archives départementales de l’Ardèche. Ceux-ci, en effet, ne sont pas seulement vénérables par leur ancienneté, ils le sont aussi par la quantité et la qualité des informations qu’ils apportent sur le Vivarais de la fin du Moyen Age, et par leur rareté. Car si c’est une décision royale, approuvée par les Etats du Languedoc réunis au Puy en avril 1464, qui mit en branle leur confection, le Vivarais est le seul pays languedocien, pour des raisons inconnues, à conserver une partie notable de cette enquête fiscale.
L’ouvrage de Robert Valladier-Chante représente une synthèse de ce que peut apporter cette série documentaire à la connaissance du quart sud-oriental du Vivarais. A ce titre l’auteur se place dans une lignée déjà assez longue d’historiens et d’érudits. Jean Régné, archiviste du département de 1910 à 1945, fut incontestablement un pionnier dans l’exploitation des estimes. Dès 1921 il présente un tableau des finances royales, et donc des estimes de 1464, dans son Histoire du Vivarais. Mais c’est en 1925 et 1926 qu’il révèle au public érudit la richesse de celles-ci, par une suite de courtes monographies communales et par un tableau d’ensemble. Curieusement Jean Régné fut peu suivi et il fallut attendre la fin des années soixante pour voir les estimes redevenir objets d’histoire. Poussés par le mouvement de l’histoire quantitative, deux chartistes, Cécile Souchon et Daniel Farcis, consacrèrent leur thèse au nord et au sud du Vivarais. Puis vinrent les monographies consacrées à une paroisse et à une région limitée : région de Saint-Félicien, étudiée par C. Foriel-Destezet, Thines et Malarce, par le Père Minard, Tournon, par J. Mourier, Montagne ardéchoise, par L. Bourgeois-Cornu. On notera par ailleurs une tentative intéressante, par J.M. Gardès, pour donner au grand public la traduction intégrale des estimes d’une paroisse, Issarlès. La multitude de noms de lieux et de personnes inscrites dans les estimes suscitèrent également l’intérêt d’amateurs et de spécialistes de toponymie et d’anthroponymie. Il n’est par jusqu’à la nature des toitures, tuiles, lauzes ou paille, indiquée parfois par les enquêteurs de 1464, qui ne soit traquée, à travers les estimes, par l’historien de l’habitat. Alain Molinier, enfin, bien que moderniste, intègre les chiffres des estimes dans ses tableaux de la population ardéchoise, établit une géographie et une comparaison des fortunes entre 1464 et 1780 dans un chapitre de sa thèse, brosse un tableau vivant du Vivarais de 1464 en introduction à la présentation de l’Ancien Régime économique et social.
Après une expérience réussie de monographie, à partir des estimes détaillées de Vallon, M. Valladier-Chante a voulu élargir son propos. Laissant de côté les estimes détaillées, conservées pour cent cinquante trois paroisses seulement, l’historien vallonnais s’éloigne de son clocher en embrassant un territoire plus vaste, le Bas Vivarais, et en utilisant les registres d’abrégés et de sommaires, listes paroissiales d’apparence aride, alignant noms, prénoms, montants des fortunes et chiffres d’impôt.
Le cœur de l’ouvrage est constitué par des tableaux nominatifs par communauté qui livrent la totalité des informations de ces registres, sous une forme très lisible. La grande table alphabétique des patronymes, à la fin, renvoie aux paroisses et donc au tableaux communaux. On conçoit d’emblée l’immense service, que vont rendre ceux-ci aux généalogistes et à tous ceux qui recherchent une information précise sur leur village et leur nom de famille.
Les chapitres qui entourent ce cœur donnent les clefs d’accès ainsi que l’interprétation de l’auteur. Document fiscal, les estimes ne sauraient dire la vérité et toute la vérité. Comme ses prédécesseurs R. Valladier-Chante est confronté à de redoutables problèmes : critères d’évaluation des biens, situation des “forains”, sous-enregistrement manifeste des propriétaires et des tenanciers notamment. Totalisant, maniant les moyennes et les médianes, comparant, R. Valladier-Chante nous démontre néanmoins que si les chiffres de population et de fortune ne doivent pas être reçus comme parole d’Evangile, il y a une cohérence entre eux, qui se vérifie par des comparaisons avec les recensements ultérieurs. En d’autres termes les chiffres absolus ne sont sûrement pas exacts mais les rapports de population et de fortune entre les communautés sont proches de la réalité. Examinant les “révisions” d’évaluation, il montre également que, malgré le caractère dégressif de l’impôt, les agents royaux ont bel et bien essayé de rectifier les sous-évaluations les plus criantes et de rétablir un ordre plus juste, entre les individus et entre les communautés.
Que ceux qui auraient peur de la statistique se rassurent ! Ils découvriront aussi des hypothèses intéressantes sur les noms de paroisse, le maintien ou l’érosion des noms de famille.
Invitation à un voyage dans le temps, ce livre est aussi un appel à une exploitation plus poussée de nos documents fiscaux, estimes et compoix conservés à partir du XVe siècle, et dont le Vivarais n’est pas avare. Notre historien vallonnais ne nous a-t-il pas démontré que la critique indispensable de ces documents n’est en aucun cas une hypercritique ruinant tout espoir d’approcher une réalité historique ?

D. DUPRAZ


SOMMAIRE

PREFACE
INTRODUCTION
CHAPITRE I - ESPACE GEOGRAPHIQUE
LE BAS-VIVARAIS
La vallée de l’Ouvèze / Les plaines du nord / Les plateaux du sud-est / La vallée de l’Ardèche / Les plaines du sud / Le Coiron / La vallée du Rhône
CHAPITRE II - SITUATION HISTORIQUE ET CADRE DE VIE
Repères chronologiques / L’habitat et son environnement / Les communautés, les églises et les saints / La visite canonique de 1501 / Les croix / Les chemins et le péage / Les terres et l’araire / Les unités de mesures des terres et des grains / Les vignes / Les unités de mesures des vignes / Les prés et le cheptel / Les unités de mesures des prés / Les hermes et les bois / a tenue vestimentaire et le travail manuel des paysans
CHAPITRE III - INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES ET POLITIQUES
La commune et ses représentants / Les Etats / Le bailli
CHAPITRE IV - LES CONTRIBUABLES ET LEURS FORTUNES
Les résultats des estimes de 1464
VALLÉE DE L’OUVÈZE / PLAINES DU NORD / PLATEAUX DU SUD-EST / VALLÉE DE L’ARDÈCHE / PLAINES DU SUD / LE COIRON / VALLÉE DU RHÔNE
Le patrimoine global et l’éventail des fortunes / La structure des fortunes / Les associations ou indivisions / Les hoiries / Les femmes / Les nobles / Les membres de professions libérales / Les ecclésiastiques / Les chapellenies
CHAPITRE V - L’IMPORTANCE DES COMMUNAUTES ET DES REGIONS
TABLEAU GENERAL DE CLASSEMENT DES PAROISSES ET DES COMMUNES / TABLEAU DE CLASSEMENT DES PAROISSES D’APRES LES MOYENNES ET LES MEDIANES DES FORTUNES / Les villes / Les villages / Répartition régionale de la population et son évolution (démographie ancienne et contemporaine) / Répartition régionale des fortunes
CHAPITRE VI - LA PLACE DU CHEPTEL DANS L’ECONOMIE RURALE
Plateaux du sud-est / Plaines du sud / Le Coiron / Vallée de l’Ardèche et vallée du Rhône
CHAPITRE VII - LA FISCALITE
Du fouage à la taille / Le recours aux estimes / La fixation de l’assiette / Le travail des estimateurs / La technique fiscale / La contribution des étrangers / Le recouvrement de la taille / L’intervention du roi / L’évolution de la fiscalité / Les exemptions / Essai d’appréciation des valeurs monétaires exprimées : la rente de la terre, le prélèvement fiscal
CHAPITRE VIII - LES NOMS DE FAMILLE
L’homonymie / La double homonymie de nom et de prénom / Le sobriquet / Fréquence et répartition des patronymes de 1464 / La signification et l’origine de quelques noms de famille / Les noms à particule / Permanence et reflux des noms de famille
CONCLUSION
ANNEXES
1. Les chiffres et la monnaie / 2. Les nobles / 3. Les membres de professions libérales / 4. Les ecclésiastiques / 5. Extrait du compoix de Bourg-Saint-Andéol / dressé par le notaire Jean Chabot le 9 juin 1448 / 6. Extrait des estimes de Baix : Années 1466 et 1487 / 7. Noms de personnes vivant à Banne au cours de la seconde moitié de XVe siècle / 8. Analyse comparative de la taillabilité dans la mandement d’Aubenas en 1464 et en 1790 / 9. Table des patronymes / 10. Tables des prénoms
BIBLIOGRAPHIE
INDEX DES NOMS DE LIEUX
CARTES
1. L’Ardèche et l’ancien pays bas-vivarois / 2. Les régions naturelles du Bas-Vivarais / 3. Les communes correspondant à l’ancien pays bas-vivarois / 4. Répartition géographique des mesures des terres (setérées)
DOCUMENTS (Manuscrits)
Préambule du “sommaire” des estimes de 1464 / Première page du “sommaire” des estimes de Privas / Première page du “sommaire” des estimes de Rochemaure / Lettre du roi Louis XI / Extrait du compoix de 1448, de Bourg-St Andéol
ILLUSTRATIONS (Dessins)
Coux / Alissas / St-Vincent-de-Barrès / Aubignas / Armes du pays de Vivarais / Pierres à grains de Lagorce / Pierres à grains de Donzère / Pierre à grains d’Aubenas / Eglise de Sauveplantade / Linteau sculpté / Chapelle Saint-Sulpice / Croix de L’Espinasse à St-Sernin / Chemin caladé au Chastelas de Grospierres / Pont romain sur l’Escoutay, près de Viviers / St-Thomé / Eglise de Larnas / L’araire et la charrue / Faïsses, à St-Andéol-de-Berg / Tenue usuelle du paysan / Bêcheur / Laboureur à l’araire / Semeur / Faucheur / Faneuse / Moissonneur / Dépiquage ou battage sur l’aire / Mesurage du grain / Transport du blé au moulin / Corvée d’eau / Ménagère devant la souillarde / Vendangeurs / Chevrière / Piocheur et paysanne portant un fagot / Bûcheron / Chasseurs / Bergère filant à la quenouille / Sur le chemin muletier / Privas / Alba-la-Romaine / Gras / Aubenas, vers 1900, route de Vals / Vogüé / Bessas, le château vers 1900 / Sur la planèze / Bourg-St-Andéol, avant 1944 / Lavilledieu / Balazuc / Salavas / Banne / St Montan / Vieilles maisons à Bidon / Pâturage dans le Coiron / Effigie de Louis XI, Médaille de Francesco Laurana / Viviers, cathédrale Saint-Vincent


Introduction

Les estimes de l’année 1464 sont une enquête visant à actualiser l’assiette de l’aide, l’impôt royal ordinaire, plus communément appelé taille. Elles ont été effectuées à la demande du roi Louis XI et approuvées par les représentants des pays de Languedoc réunis au Puy en avril 1464. Il s’agissait de recenser les habitants et les fortunes : les maisons, les terres, le cheptel et même le mobilier, pour faire payer cette redevance, un impôt direct et permanent institué sur les biens. L’aide, autrefois levée de façon sporadique pour couvrir les dépenses de guerre, était devenue annuelle sous le règne de Charles VII, lors des réformes militaires et la création des compagnies d’ordonnance appelées à rétablir l’ordre dans le royaume. A l’évidence, l’enquête s’insère dans le processus de mise en place d’une fiscalité nouvelle plus large, plus efficace et plus équitable, basée sur une répartition proportionnelle aux fortunes.
Parmi les pays de Languedoc, seul le Vivarais a conservé ses registres d’estimes. Cette exception n’est pas élucidée.
L’opération s’est déroulée à la fin de l’été 1464 dans tous les mandements, au niveau des paroisses, à la diligence de Charles des Astars, bailli du Vivarais, résidant à Villeneuve-de-Berg. Etaient cependant exclues de l’estimation : La Voulte, Villeneuve-de-Berg, Boucieu et Borne, villes neuves ou royales exonérées d’impôt.
Pour chaque localité ont été dressés :
- un état “détaillé” présentant l’inventaire des possessions de chaque taillable,
- un état “abrégé” indiquant la valeur estimée de l’immobilier et celle du mobilier et cheptel,
- un état “sommaire”, résumé de ces deux documents et précisant la somme de l’impôt à payer.
On ne dira jamais assez l’intérêt présenté par cette enquête en raison de son ancienneté, son ampleur (elle couvre la presque totalité du Vivarais) et des informations inédites qu’elle donne sur cette petite province et ses habitants.
L’homogénéité de l’ensemble surprend dès qu’on étend les investigations à plusieurs communautés. C’est le signe de la rigueur que les commissaires royaux ou leurs mandataires apportaient à leur travail.
De leur écriture fine et rapide, déroutante au premier abord, mais combien familière ensuite, les scribes recueillent les noms des tenanciers emphytéotes et des seigneurs fonciers auxquels ils versent le cens. Ils désignent les veuves assurant la transmission du patrimoine et révèlent parfois le nom d’un père ou d’un aïeul, à l’évidence rescapé de la peste noire. La permanence patronymique dans les campagnes nous réserve l’émotion d’une rencontre inattendue avec l’un de nos possibles et lointains ascendants. Nous pourrons alors donner libre cours à notre imagination en pensant à cet ancêtre qui n’ignorait rien de l’épopée de Jehanne la Pucelle et en était ébloui.
Le rêve a toujours eu une part privilégiée dans l’approche et l’interprétation d’un texte ancien. Mais les documents financiers ramènent vite à une notion plus concrète de la réalité. Ils fournissent un matériau de choix pour une étude directe des situations. On ne peut pas tricher avec les chiffres, ni être abusé par eux dès lors qu’ils apparaissent dans des séries importantes permettant des contrôles et des corrélations.
De ce point de vue, les estimes autorisent une étude comparée des niveaux de richesse des familles et une analyse de la structure des fortunes.
Les niveaux respectifs de développement atteints par les communautés rurales et citadines peuvent être appréciés.
Des évaluations de populations sont envisageables avec prudence, dans la mesure où des rapprochements peuvent être faits avec d’autres informations, comme celles émanant des compoix des XVe et XVIe siècles.
L’impôt direct étant leur finalité, les estimes donnent à l’historien de précieuses indications sur la fiscalité languedocienne. Elles posent le délicat problème des exemptions dont le critère n’est pas encore connu. Quelles sont les raisons pour lesquelles de très nombreux tenanciers parfois bien dotés, ne figurent pas dans les rôles ?
Sur un tout autre plan, les registres fiscaux ouvrent à l’onomasticien un large champ d’investigation. Vu leur ancienneté, ces textes sont un auxiliaire précieux pour étudier l’origine, le sens et l’évolution des noms de famille.
En principe, chaque communauté faisant l’objet de trois états distincts émanant de scribes différents, les patronymes peuvent être lus et transcrits avec un risque d’erreur infime. Les noms apparaissent dans une forme occitane ou française sur les états “sommaire” et “abrégé”. Le registre “détaillé” donne le plus souvent des formes latinisées.
Il est à peu près certain que la plupart de ces noms présentent une orthographe identique à celle qu’ils ont eue initialement, c’est à dire au moment où les personnes reçurent, outre leur nom de baptême traditionnel, un surnom individuel appelé à devenir l’élément d’identification de la famille.
Le surnom évoquait souvent le lieu de provenance, le métier, un trait de caractère ou une particularité physique. Certes, le recours au surnom n’était pas une nouveauté. Le “cognomen” romain s’ajoutait déjà au prénom et au gentilice. Un exemple de ces dénominations à trois éléments en usage dans les familles patriciennes est donné par le nom du proconsul Caïus Valerius Flaccus qui accorda la citoyenneté romaine au prince helvien Cabur vers 85-83 av. J-C. On sait que les deux fils de Caburus portèrent le prénom et le gentilice du bienfaiteur de leur famille : Caïus Valerius, auxquels fut ajouté un surnom Donnotaurus pour l’un, Procillus pour l’autre. Dans le système romain, le gentilice (nom de la gens) se transmettait donc, ainsi que le prénom.
Mais il n’est pas sûr que l’usage du cognomen (surnom) ait été conservé et encore moins généralisé à partir de la christianisation qui identifia les personnes par leur nom de baptême.
Par ailleurs, le nom de baptême et le surnom éventuel étaient personnels. En principe, ils ne se transmettaient pas.
Il ne paraît pas inutile de rappeler que le système de la double dénomination nom-surnom, ou prénom-nom en usage de nos jours, n’a pas été le fait d’une décision officielle et d’application générale. Issue de coutumes locales, son institution a été progressive et s’est concrétisée dans les actes écrits plus ou moins tôt selon les régions. Le procédé répondait probablement à un besoin nouveau, celui de mieux distinguer et contrôler les personnes du fait de la poussée démographique, des partages et concessions de terres, de la fiscalité. Il a pu aussi être suscité par des raisons psychologiques liées à l’évolution des mentalités.
Une étude récente dirigée par Monique Bourin-Derruau, de l’université Paris I, tend à montrer qu’aux abords de la Méditerranée la double dénomination apparaît au XIe siècle (à partir de 1050). Une observation similaire a été faite par François Chomel à la lecture de cartulaires concernant le Haut-Vivarais.
Une étude en cours menée par Georges Massot sur l’anthroponymie du Gévaudan indique qu’entre 1050 et le début de la première croisade (1096), là aussi, un système à deux noms commence à se mettre en place.
Bien que la plus grande prudence s’impose, il paraît établi que l’emploi du surnom complétant le nom de baptême, aussi bien en zone rurale que dans les villes, soit un fait généralement accompli en Vivarais au XIIe siècle.
Ceci est attesté par plusieurs documents couvrant la période, parmi lesquels :
- une charte datée de l’année 1110 de l’évêque Léger (Leodegarius) relative à l’église de Saint-Andéol du Bourg, identifiant les témoins par leur nom de baptême suivi d’un surnom : Geraldus de Grana, Petrus de Cambau, Pontius Dalmacii, Petrus Ademari … Petrus Stefani, Petrus Raimundi.
- une donation faite en 1196 par Raymond de Barjac à la Maison de Jalès, où l’on relève : W. de Scto. Mauricio, Ricardi Martelli, Vi. Sutoris … Rai. Bedoinus, Tritmundus de Rostro le juno, W. de Rossone.
- les chartes établies au tout début du XIIIe siècle lors de l’octroi des franchises en 1208 et 1215 à Largentière notamment, qui mentionnent les noms de procurateurs et témoins établis selon le même principe. Par ailleurs, plusieurs reconnaissances paysannes échelonnées de 1345 à 1391, faites par des emphytéotes aux hospitaliers de Jalès, fournissent des séries de noms tous constitués de deux éléments. Un grand nombre de ces patronymes se retrouvent, bien sûr, en 1464.
Il ne faut pas déduire de ces constatations que l’adoption du surnom et son passage à l’état de patronyme transmissible aux générations suivantes aient été simultanés. Le legs du surnom, acte fondamental paraissant procéder de l’évolution des mentalités, n’a pu être que très progressif, lui aussi. En Vivarais, il semble qu’il ait accompagné ou suivi de peu l’octroi des premières chartes de libertés qui, selon Albin Mazon, “ont été comparées non sans raison à de petites constitutions locales, puisqu’elles donnaient une base légale, précise et politique, à la vie communale trop livrée jusque là à l’arbitrage des seigneurs”.
Précieux pour la recherche anthroponymique, les textes des estimes le sont aussi pour la toponymie. Les états “détaillés” localisent les biens des contribuables. Ils indiquent par conséquent de nombreux toponymes, des noms de quartiers, terroirs, mas ou simples lieux-dits. Beaucoup ont disparu, certains sont toujours usités et d’autres perdurent sous une forme modifiée.
Au fil des siècles, il arrive que la signification d’un toponyme ne soit plus perçue. L’orthographe du nom peut alors subir l’attraction d’un mot de consonance voisine, sans rapport avec le sens initial. La toponymie locale recèle de nombreux cas de ce type. En voici deux signalés par Georges Massot, particulièrement exemplaires à cet égard :
- A Salavas, l’ancien Chap du devès (chap provenant du latin caput : tête, sommet) est devenu Chat du devès.
- A Vallon, un ancien terroir mentionné sous la forme Arenerio en 1407, Areniei en 1464, Arenier en 1775 (mots provenant du latin arena : sable ou arenaria : sablière) figure au cadastre, depuis 1825, sous la dénomination Araignée.
Le toponyme Vallon, lui-même, est issu d’une transformation. Le nom de ce village figure dans les textes des XIIIe, XIVe et XVe siècles sous les formes Avalon, Avalonis, Avalone (et non Abalone comme une curieuse graphie le laisse parfois supposer). Ces mots issus du gaulois “Avallo” qui signifie “pomme”, ont pu désigner une pommeraie. Le sens initial n’étant plus compris, par analogie Avalon est devenu Valon puis Vallon, la petite vallée, mot qui ne correspond pas à l’image de ce pays.
Ces quelques exemples appellent notre attention sur la considération et le respect que l’on doit porter aux anciens toponymes. Ces derniers fournissent souvent les clés permettant de mieux comprendre notre environnement rural.
Certes, les registres “détaillés”, véritables cadastres descriptifs précisant aussi le nombre et l’emplacement des maisons, des casals et des granges, le nombre de parcelles, leur affectation et la surface des terres, ainsi que la composition du cheptel, ne sont pas parvenus pour la totalité des paroisses du Vivarais. Mais 153 d’entre elles au moins y sont représentées. Les autres localités apparaissent dans les états “sommaire” et “abrégé”. Ces derniers apportent des indications globales non moins appréciables. Ils sont à leur manière un merveilleux instrument à remonter le temps. Nous allons nous employer à le montrer.


Table des patronymes

Cette table réunit les noms de famille recueillis dans les estimes de 1464 pour 71 paroisses du Bas-Vivarais (dans le livre, elle permet aussi de les localiser). Elle indique aussi les patronymes extraits :
- des compoix de Bourg-Saint-Andéol (1448), Saint-Vincent-de-Barrès (1478), Aubenas (1491), Vallon (1497)
- des estimes particulières de Baix (1466 et 1487), Saint-Just (1475)
- des minutes notariales des Vans relatives aux habitants de Banne de la seconde moitié du XVe siècle.
Les chiffres indiquent la fréquence des patronymes rencontrés dans les registres de 1464. Les années de référence sont mentionnées lorsque les noms ne sont pas tirés des seules estimes de 1464.

A

ABRIAL / ACHARD, ACHARDI / ACHI / ADAGAT / ADHALON, ADALON / AFFIDAT / AGIER, ATGIER, ATGERI / AGULHO / AGUILHON / AHOND, AHUND, HAOND / ALAIRIS / ALAMEL / ALARD, ALARDI / ALAUD / ALAYRAC, ALEYRAC / ALBANEL / ALBAREDA, LALBAREDA, LABAREDA / ALBARET / ALBI, BLANC / ALBINHAS, DALBINHAS / ALEGRE / ALENC, DALENC / ALEXI / ALIBERN / ALIBERT, ALIBERD / ALIGIER / ALINEY / ALINIER, ALINION / ALISON / ALRAS / ALRIC, HENRIC / ALVERGAS / ALZAS / ALZIAS / ALZO / AMARIES (ou COMARIES) / AMBLARD / AMBRUEYS / ANDRAU / ANDRE, ANDREU / ANDRIEU / ANGLEGA / APCHIER / ARCHIER / ARCHIMBAUD / ARCIS / ARGUEL / ARLET / ARMAND / ARMENAUT / ARNAUD / ARNICHAM / ARTAUD / ASAGAT, ADAGAT / ASSALE / ASTARS (DES) / ASTIER / AUBELLET / AUBERT / AUDEFFRE / AUDEMAR / AUDENIER / AUDIBERT / AUDIGIER / AUDOARD, AUDOART / AUDOYN / AUDROARD / AUGIER / AULANHER, AULANHET / AULSON, AUZON / AUMALIER / AUQUI, AUQUY / AURELHE / AURESCHE / AUREGO, AURAGO / AURIAGIN / AURIPLE / AURUOL, AURUOLE, DAURUOLE, DAURIOLA / AUTOARD / AUVERGAS (?) / AUZILLE / AVELINE / AVIAS (DE) / AVINHAC / AYGAHVEIH, AYGAVEIH / AYGLIN / AYGU (DE), DAYGU / AYMAR, EYMAR, EYMARI / AYME / AYNARD / AYRAUD, EYRAUD / AYRIOUX, EYRIOUX / AZAGAT / AZAS

B

BACHELIER / BAILH, BAILHE / BAILLE, BAYLE / BAILLESSE, BAILLESSA / BALMEFORT / BALMEL / BALMIER / BANA (DE) / BARATIER / BARBARIN / BARBE / BARBUT / BARDE, BARDO / BARDIN, BARDYN / BARESSE (ou BAROSSE) / BARIA / BARIO, BARYO / BARIAC (DE) / BARJAC (DE) / BARJAC, BARGAC / BARJOT (ou BARJET) / BARLATIER / BARLET / BARNA, BARNE (DE) / BARNOYN / BARON / BARRA, BARRIA / BARRABAN, BARRABAIN / BARRAL / BARRES / BARRI (DU) / BARRUOL, BARRUEL / BARUSE (DE) / BARTH. / BASC (ou BAST) / BASSET / BASTIER / BAUD / BAUDIN, BAUDYN, BAUDOYN / BAUGER / BAULME (DE LA), BALME / BAUSSIER, BAUSIER / BAUSON, BAUSO / BAUTEAC, BAUTHEAC (DE) / BAUTOS, BAUTHOS / BAYC, BAIC / BAYLLY / BAYSSE / BAZIN / BEAUVOYR, BEAUVOIR, BEAUVOIR (DE) / BECHON / BEGON / BEL (?) / BELIN, BELYN / BELLEMAINTRE (DE) / BELLEVILLE (DE) / BELLON / BELLONE / BELOFIZ / BENEDICTE / BENEFEYT / BENEFFICE / BENEYT / BENIVAY / BENOYT, BENOIT / BERARD, BERART / BERAUD / BERBERI / BERBIER, BARBIER / BERC (DE) / BERENGIER, BRENGIER / BERGIER / BERMOND, BERMON / BERNARD / BERNARD (DE) / BERNARDIN / BERRIER / BERRY (DE) / BERTH., (BERTHOMIEU, BERTHOLOMEY) / BERTHOYE / BERTIN, BERTHYN / BERTRAND, BERTRANT / BERTRANDI / BERTRANDA (LA) / BERUAC (DE) / BES (DE, DU) / BESSON / BEYLLESSE, BEYLESSE / BIGOL / BIGORRIA, BIGORIA / BIGORNA / BILHARD / BILLIER / BLACAUD / BLACHIERE, BLACHIEIRE / BLACHON, BLACHO, BLANCHO, BLANCHON / BLACO (DE) / BLANC, ALBI / BLANCARD / BLANCHI / BLAYN, BLAIN / BLAYNO / BLISSON, BLISSO (DE) / BLOU (DE) / BOCHARD / BOCHIER / BODET / BODOLH / BODOYN / BOEYRON / BOLA, BOLE (LA) / BOLAS (ou VOLAS) (DE) / BOLE / BOLLO / BONAS (DE) / BONAUD / BONAURA, BON AURA, BONAYRE / BONDILHON, BOUDILHON / BONET, BONNET / BONHOME, BONHOUME / BONIOL / / BONITEL (ou BOVITEL) / BONNEFOY / BONOT / BON PAN / BONTEMPS / BOREL / BOREYA / BORGES (DE) / BORGO / BORGONHON / BORGUET / BORIA, BORRIA (DE) / BORIE / BORNA (DE) / BORNAN / BORNASET, BORNAN / BORNET, BOURNET / BORREL / BORS (DE) / BOS, BOS SOTEYRA (DE) / BOSC (DE, DU) / BOSCERI (ou BOSCHETI) / BOSCGAS / BOSCHET / BOSCHO, BOSCHO (DE) / BOSCIOREUL, BOSCIOREUIL (DE) / BOSOLET, BOZOLET / BOSON / BOSSA / BOTELLIER, BOTEILLIER / BOTIER / BOTIERE (DE) / BOTONIER (ou BOTONET) / BOUCHET / BOUDIER / BOULE, LA BOULE / BOURGEZ, BORGEZ / BOURGOYS, BORJOYS / BOURONE / BOUSE / BOUVIENNE / BOUYER, BOYER / BOVAYRON / BOVIER, BOVYER / BOY, BOYS, BOIS (DU) / BOYREL, BOYRELH / BOYRON / BOYSSA, BOYSSA (LA) / BOYSSAC, BOISSAC / BOYSSE / BOYSSEL, BOYCEL / BOYSSET / BOYSSIER / BOYSSIERE, BOYSSIEIRE / BOYSSIN / BOYSSIS (DE) / BOYSSON, BOYSSO, BUISSON / BOYTET / BOYTIER / BRAYC / BRELAS / BRESSAC, BRESSAC (DE) / BRESSO / BRESSON / BREYSSE / BRIAND / BRION (DE) / BROA, BROHA (LA) / BROAS, BROHAS / BROSET, BROZET / BRUGIER / BRUGIERE, BRUGEIRE / BRUN, BRU, BRUNI / BRUNA, BRUNE (LA) / BRUNAYS, BRUNIAYS / BRUNEL / BRUSCHET / BRUSCHO / BRUYEYRA, BRUIYEYRA / BUFFIERA / BUFFONET, BUFFONIER / BUREL / BURNIS (DE) / BURZET

C

CADE / CALOBIE / CAMIEL / CAMUS / CANARD, CANART / CANOLHET / CANTEL / CANUSE, CANNISI / CARLE / CARREL / CARRERIA (DE) / CARRIAT / CARSANE, CASARNE (DU) / CASSANHA, CASSANHES / CASSANHOLAS, CASSANHOL / CASSET / CASTELH, CHASTELH / CATARON / CATIN, CHATIN / CAUVEL / CAVALIER / CAYRIERE, QUEYRIEIRE / CAYROT, COYROT / CELLIER, SELHIER / CES, SES (DE) / CHABANAS / CHABANE, CHABANNE (DE) / CHABAS / CHABASSOL / CHABAUD / CHABERT, CHABBERT / CHABOT / CHABREYRON / CHABRIER / CHABRIT / CHABROL / CHADEYRO / CHADON / CHALABRUEYS / CHALAMEL / CHALANC / CHALARD / CHALENDAR / CHALES (DE) / CHALHET, CHAILHET / CHALIER / CHALM (ou CHALVI) / CHALIX / CHALMELH, CHALMEILH / CHALVEL / CHALVET / CHALVIN, CHALVI / CHAMARAN / CHAMBARLHAC / CHAMBARUT / CHAMBAUD / CHAMBOLA, CHAMBELE / CHAMBON, CHAMBO / CHAMBONEL / CHAMBOS (DES) / CHAMBRA / CHAME (DE) / CHAMONT / CHAMPANEGA / CHAMPBON / CHAMPEL / CHAMPEYRACHES (DE), CHAMPEYRACHAS / CHAMPOLAS (DE) / CHAMP ROS / CHANABAS / CHANEAC / CHANEGUES (DE) / CHANIVESSES / CHANTADUC / CHANTE, CHANTA / CHANTARENA / CHANUT / CHAPEL, CHAPELLE, CHAPELE / CHAPOLERI / CHAPUS / CHARAUSAT, CHARAUSAC, CHARRAUSAC (DE) / CHARAVEL / CHARAVIELHA, CHARAVIELHE / CHARAYS / CHARBONEL / CHARBONIER, CHARBONIERS (DE) / CHARDENAS / CHARDERIE / CHARDI / CHARDONET, CHARDONAS / CHARLUS / CHARMASSO, CHARMASSON (DE) / CHARPENTIER (LE) / CHARPIN / CHARRAIX / CHARRANVELHA, CHARRANVIELHA / CHARRIER / CHARRIERE, CHARREIRE / CHARRON, CHARON (DE) / CHARROSSET / CHARRUISAC (DE) / CHARVEL, CHARVELH / CHASAL / CHASALET, CHAZELET / CHASES, CHASAS, CHASA (DE) / CHASSAIGNES (DE) / CHASSANHES, CHASSANHAS (DE) / CHASSENET / CHASSILLA, CHASSILHA / CHASTANET / CHASTANHET, CHASTANHAT / CHASTANIER, CHASTANHIER / CHASTANHIEYRA, CHASTANIERE / CHASTELLAYS / CHASTILLON / CHASTRO / CHATARD / CHAUDORAT / CHAULIT / CHAUMELH, CHAMEILH / CHAUSI, CHAUSIT / CHAUSIMOND / CHAUSSE / CHAUTARD / CHAUVIESSES (DE) / CHAVADE / CHAVALAT / CHAVALIER, CHIVALIER / CHAVALON / CHAVARIC / CHAVASSE, CHAVASSA / CHAVEGNES (DE) / CHAYLAR, CHEYLAR, CHELAR / CHAYMA (LA) / CHAYRIS, CHEYRIS / CHAYS, CHAYSI, CHAYSSI / CHAZEL / CHEMIN (DU) / CHERRON, CHERON (DE) / CHESAL, CHASAL / CHEYNES, CHEYNIES (LES), CHEYNIS (DE) / CHEYNET, CHAYNET (DE) / CHEYRAC (DE) / CHEYRAT / CHEYRON, CHEYRO, CHAYRON / CHIER (DU) / CHIEZE (LA) / CHIFFAUD / CHIFFLET / CHIFFLETTE / CHIVALD / CHOUTARD / CHRISTOFLE / CIRATAT, SIRATAT / CLAP / CLAPIER / CLARI / CLARO / CLAUS (DE, DU) / CLAUSAT / CLAUSEL / CLAUSTRAVIELHE, CLAUSTRAVEILHE / CLAUSTRON / CLAUX, CLAUX (DU) / CLAVEL / CLAVELLON / CLAYPIER, CLAPIER / CLEMENS / CLIOU (DE) / CLIUO (DE) / COBONAS / COCHARD / CODENA, CODENE / CODON / COFFYN, COFFINH COFFINHS, COFFINHELS (DE) / COGORD / COGORDANO (DE) / COGORDIAC / COLANS (DE) / COLET / COLONGES, COLENGES (DE) / COLONS, COLONS (DE) / COLUM, COLUMB, COLOM / COLUMBIER, COLOMBIER / COMARIES (ou AMARIES) / COMBALUZIER / COMBE, COMBES, CUMBES (DES) / COMBET, CUMBA / COMBIER / COMBIN / COMPAIGNO / COMPTE / CONCHES (DE, LES), DECONCHES / CONTE / CONTETE (ou COUTETE) / COQUI / CORBIER / CORDAT / CORDIER / CORNET / CORNIER / CORNUSCLE / CORNUT / CORONEL / CORT / CORTASERA, CORTA SERRA / CORTIL, CURTIL, CORTIAL / CORTIN / COSTA, COUSTA, COSTE (DE) / COSTAN / COSTANCE, CONSTANCE / COSTIER / COTAN / COTANIER, CORTANIER, COUTANIER / COTAT / COTIL / COUHASSE / COUHET / COURASSIER / COURE / COUROT / COURT / COUS (DE) / COUSTE / COYRAS / CREGUT / CRESPIN, CRESPYN / CRIGNET (ou CRIGUET) / CROS (DU) / CROSET, CROUSET / CROSIER / CRUAS / CRUS (DE) / CULHERIER / CUOQ, CUOC / CUPIAC / CUSTOMOTE (DE)

D

DALBINHAS, ALBINHAS (DE) / DALGON, DALGO, DELGO, DELGON / DALHONE (ou DALHOUE) / DALMAS / DALSAS, DALZAS / DALSO / DALSON, DALZO / DALVERGNE / DAMIGNAT / DANISENC (ou DANISENT) / DAPIS / DARBOS, DARBOUS, DARBOSSE / DARDU / DARMILHAT / DARRIER / DASSIS, DACYS / DAUDANH, DAUDANIH / DAUDE / DAUDEL, DAUDELLI / DAUDOUSE, DAUDOUSSA / DAVID / DELABLACHE / DE LA CROIX / DE LA FON / DELAS / DELAYS, DE LAYS / DELEUSE, DE LEUZE, DE LEUSAS, LEUSIE / DELHOUME / DELIERE, DE LIERE / DELIURES, DE LIURES / DELNIER / DELOLME, DE LOLME / DELOUYRIE / DEMISSOL / DEMONOPRAT / DENTREMONS / DEPAX / DESCORCHAVILA / DESIRAT / DESPINASSA / DEVAL, DE VAL / DEVORS, DE VORS / DEYDIER / DEYGU / DEYMIER, DEMEYRE, DEYMEYRE, DEYMER / DISSOYRE / DIVOL (DE) / DOARD / DOMENGE / DOMERGUE / DOMIGEL / DOMIGOL / DONADIEU / DONAT / DONIN / DONYEU / DORNE (DE) / DORTOLS / DOULX, DOULCE / DOYZE / DRAGON, DRACON / DRAVOS / DROET / DUBAC, DE UBAC / DUC / DU CHAM, DEL CHAMPO / DUCHEMIN / DUCHIER / DUFES / DUFFOUR / DUGAL / DU GRA, DU GRAS / DULHAC / DUMARCHE / DUMAS, DU MAS / DUNIERS (DE), DUNIEYRI / DUNY / DU PLAN, DU PLA / DUPONT, DU PONT, DU PON, DE PONT, DE PONTE / DUPRE, DU PRE, DU PRAT / DU PUYS, DU PUY / DURALHE / DURAND / DURANT / DUSSAUD, DUSSALT, DU SAULT / DUSERRE / DU SOLIER / DUSOLIER, SOLIER (DU) / DYANOS, DYANOSI / DYDIER, DEYDIER

E

EGRIDI / ELDIN, HELEDIN, HELDIN, HELDUN / ENGELRAS / ENJALVIN / ESBRAYAT / ESCHANDOLAS / ESCHARABRUEYS, SCHARABRUEYS / ESCHARAVIL / ESCOFFIER, SCOFFIER / ESCOTAYS, SCOTAYS / ESCUIER, ESCUYER / ESGLISE (DE LA) / ESPERT, EXPERT / ESPIARD / ESTEVENIN / ESTIENNE / ESTORROFIT, STEROPHIT / EUSEPI / EYMAR / EYNARD / EYRULPH

F

FABRE / FABREGA, FABREGE / FABREGOL / FABREGOLAS / FABRESSE / FABRET / FABRI / FABRODON, FABRODONI / FABROT / FAGE / FAGET, FAGETE / FAGO (DE) / FALCO / FALCON / FALGUET / FALHET / FARAO / FARGES (DE) / FARGIER / FAU (DU) / FAUCHIER / FAULIETA (LA) / FAURE / FAURENC, FAURENT / FAURESSE / FAURIA (DE, LA) / FAURIE / FAUROT / FAVET / FAYDUDAS / FAYN, FAYNI / FAYNE (DE) / FAYTEL, FAITEL / FELGOS / FELICIS / FELIS, PHELIS / FERRAYRE / FERRIER, FAURE / FERRIERES (DE), FERRIEYRES / FERRY / FESCHET (DE) / FESQUIER / FEUGIER / FEULAZET / FIDON / FIGAC / FIGIER / FILUE / FILUA (LA) / FILUI / FIULA / FLANDINI / FLOCARD, FLOCART / FLOER / FLORAC, FLORAT (DE) / FLORET, FLORENSON / FOLCAND (ou FOLCAUD) / FOLCHIER, FAUCHER / FOLHACHIER / FOLHES / FOLHIER / FOLHOU (ou FOLHON) / FOLQUER, FOLQUIER / FONS (DE) / FONTANEL / FOTANIHA / FONTBONE (DE) / FORANI / FORNERI / FORNETI / FORNIER, FOURNIER / FOUR, FORN (DU) / FOURN, FORN (DU) / FRAIT, FRAYT (DU) / FRANCHESSI, FRANCHISSI / FRANCISCI, FRANCOYS / FRANQUELIN / FRAYCINIO (DE) / FRAYSSE, FRAYCE / FRAYSSENET / FRECHON / FREYDIER / FROMENT / FROMENTIN / FROMENTINE / FULHIER / FUMAT / FURIN / FUSIER / FUSTIER / FUYDAS (DE)

G

GADILHE / GADON, GAIDON / GAILHARD / GALAND, GALAD / GALIAN / GAMET / GAMON / GAMONET / GANDON, GANDO / GANHON (ou GAUHON) / GARCIN / GARDE (LA) / GARDONI / GARENGAU, GARENGUAIN / GARENGAUT / GARENGAU, GARENIAUT / GARNIER / GARNIER, GUARNIER / GARNIERE / GARREL / GARSINI / GASCO (ou GASTO) (DE) / GASTELLET / GAUDE / GAUDIN / GAUFFIE / GAUTERN, GAUTIER / GAUTIER / GAY / GAYFFIER / GEBELIN, GEBELYN / GELADE / GELERI / GELIE, GELYE / GENEBRIER / GENEVESSI / GENELLE, GENELLAY / GENOSIER, JENOSIER / GENOYN / GENTA / GERBAUD / GERENT / GERENTA / GERVAIS / GEUSON / GIBAUD / GIBBOS / GIBOUS / GIBERT, GIBBERT / GILBERTI / GILI, YLI / GILLY, GILI / GILY, GILLE, GILE / GINARI / GINIBERT / GINIET, GYNIET / GINON (ou GINOIN) / GIRARD / GIRAUD / GIRAUDON / GIRI / GIRI, GIRIN / GIRONA / GLEYSAL (DU) / GLEYSON / GLOYRAS / GOBY / GODOFFREDA / GOHIIS (DE) / GOION / GOJON / GOLIER / GONNET, GONET / GONTARD / GONTIER, GONTIE / MAS GONTIER, DE MAS GONTIER / GORNIER / GORPIERE, GORPEYRA / GORS, GOS (DE) / GORS, GORCIO (DE) / GOTALH / GOUVERNAT (DE) / GOUY (ou GONY), GUIN / GOYIER / GOZE (DE), GOUZE / GRA, GRAS (DU) / GRAMAYSA / GRANDIER / GRANET / GRANGE, GRANGE (DE LA), GRANGA (DU) / GRANGE (LA) / GRANGO, GRAGO / GRANIER / GRANOLHET / GRANT, GRAND / GRATA MALUAS / GRAVIER / GRAVINHON / GRAZEL / GREGOIRE, GRINGOYRE / GREHL (DE) / GRELLO (DE) / GREMON / GRENET / GRIBARE (?) / GRIMALH / GRIMAUD, GRIMAUT / GROS / GROSSA / GROSSON / GUA (DU) / GUA, GUE (DU) / GUE (DU) / GUEREIN, GUERIN / GUERIN, GARIN / GUICHARD / GUIGON, GUIGO, GUYGO / GUILABERT / GUILHAUMMON, GUILLAUMO / GUILHEM, GUILHERM / GUILHO, GUILHON / GUILHOT / GUILLETON / GUINTRANDI / GUION, GUYON / GUIONIS / GUIRAMAND / GUIREMAND (ou GUIREMAUD) / GUISCHARD / GUISON / GUITARD, GUITHARD / GUITRAND / GUOSIN, GOSI

H

HABRARD, HEBRARD / HEBRARD / HAOND / HELDIN, HELEDIN / HENRIC / HERAUD, HERAULT / HEREMO (DE) / HERIULPH, HERIULPHI / HERMAS (LES) / HEUSTACHE, HEUSTACHI / HEYNARD, EYNARD / HOBRI, HOBRY / HONNORE, HONORE / HUARD, YUARD / HUGA / HUGON, HUGO / HUGONET / HUGONETHA, HUGONETHE / HYMBERT

I

ISSARTEL, YSSARTEL, YSSARTELLI

J

JACME, JAQUES / JACOB / JACOMO, JACOMON, JACAMO / JANDRAN (ou JAUDRAN) / JAQUOMIN, JAQUIN / JARCET / JARRET / JAUBERT / JAUBERTE / JAUCELIN / JAUFFRE / JAUFFROY / JAULENT / JAULET / JAUSION / JAUSIOND / JEHAN, JOHAN / JEHANE / JOHANINI / JOHANNI, JOHANY / JOHIS / JORDAN, JORDA / JOYEULX, JOYEUX / JUILLET, JUILHET / JULIEN, JULYEN, JULIAN / JUNERT / JUSTAMONT, JUSTAMON / JUSTENT (ou JUSTENC) / JUSTO

L

LABALME / LABATERI / LABELHA / LABLACHA, BLACHA (DE) / LA BOLE, LA BOULE / LA BRUNA / LACHAM, LA CHAM, LA CHAMP, CALMA (DE) / LACHAVA, LA CHAVA / LACHAYNAYA / LACOMBA, LA CUMBA, LA COMBE, LAS COMBAS, LAS CUMBAS / LACHET / LA COSTA / LA CORT, LA COURT / LA COURT / LA CROIS, LA CROIX, LA CROYS (DE) / LA CROSA / LADET / LADREYT / LAFAURIA, LA FAURIA / LAFAYE, LA FAYA / LA FOAN / LA FON, LA FONT / LA FOSSA / LAGARDE, LA GARDA / LAGIER, LATGIER / LAGRIFFOUL / LALBARELA, LALBRELA / LAMANDURA, LA MANDURA (DE) / LAMBELET / LAMBERT / LAMIERGNIAS / LA MOTA / LA MURA, LA MURE / LANCEAGUDE, LANCEAGUE / LANIER / LANTOSET, LANTHOSET / LA PLANCHA / LA PLASSA, LA PLASSE / LARCA (DE) / LAREN / LARENTA / LARGIER / LARGUET / LARMELLE / LARMIARI (?) / LARQUE (DE) / LA ROCHE / LASELVE / LAS PORTAS, LES PORTES / LAS VAUX / LA TEULA / LA TOUR / LAUBAREDA / LAURENCE / LAURENS / LAURIC / LAUSA (DE) / LAUSEAS, LAUZOAS, LOUZEAS / LAUSERI, LAUSI / LAUSUN, LAUSIN / LAUSUN, LEUSUN (DE) / LAUSY, LAUSIER / LEUSAS, LEUSIE / LEUSIERE, LEUZERIE / LEUSO, LEUZO, LEUZE / LA VAL / LAVASTRE, LAS VASTRES, LES VASTRES / LAVENU / LAVERNE / LA VIALA / LA VILLE, LA VIALA / LAYMASSE / LAYRONAT (DE) / LAZOCHE / LEBEGUE, LE BEGO / LEBRE, LIEVRE, LIEBRE / LE COMPTE, LE CONTE / LENSSOLAS, LENSOLAS (DE) / LEOUZE / LERAC / LERIS, LEYRIS / LERM (DE) / LEUGIER, LEUGER / LEURIER, LEURIEU / LEVRON, LEVERON / LEYDIER, LEYDERI / LEYRAS, LERAS / LEYSEAU / LHAUTARD / LHIAUTARD, LHIOUTARDE / LHIEYRO, LHIEURO / LICHERES, LICHIERES (DE) / LIEURON, LIEURE, LIOURON / LIMOSE, LYMOSE (DE) / LIMOSIN, LYMOSIN / LINIARI / LINIETE / LOBOLYGIER / LOLY (DE) / LOMBARD, LUMBARD, LUMBARDI / LOPPIEN / LORT (DE) / LOUCHE (DE) / LOUYE (ou LOVYE) / LOYRIA, LHORIA (DE) / LUCA / LUNEL / LUSSAS / LYEBRION, LIABRION

M

MACILLIS, MACILHS (DE) / MADIER / MAGERAND, MAGERANT / MAISTRE / MALACOURT, MALVICOURT (DE) / MALAVAL / MALAVONA / MALBINIER (DE) / MALBOSC (DE) / MALBRUN / MALCUER / MALET / MALHET, MAILHET / MALHI, MALHIN / MALHIOLERI / MALIGNON / MALLET / MALMAZET / MALPARTET, MALPARTIT / MALPOINT / MANENT / MANSO (DE) / MAPRAT (DE) / MARCEL, MARCEAU / MARCEL, MARSEL / MARCELLIN, MARCELYN / MARCHE / MARCO / MARETE (LA) / MARIECHAL, MARIUECHAL / MARIN / MARINI / MARINIER / MARINIERI / MARNAS (DE) / MAROAN / MARQUES / MARRON (ou MARION), MARON / MARS (DE) / MARSAS / MARSE / MARTEL / MARTIN, MARTI / MARTINON, MARTINO / MARTY / MARUHAC (DE) / MAS AULANH, MASAULANIH / MAS GONTIER (DE) / MAS NEF, MAS NEUF (DU) / MAS PETIT, MASPETIT / MAS SOBERANS / / MASELIER, MAZELLIER / MASER, MAZER / MASET, MASETI / MASOYER, MASOIER / MASSE / MASSIEL (DE) / MASSIER, MASSA / MASSIS / MASSOT / MATHAS (DE) / MATHE / MATHIEU / MAURAND / MAURAS (DE) / MAURATIO (DE) / MAUREL, MOREL / MAURIN, MAURINI / MAURISOT / MAURS / MAXIMIN / MAYENC / MAYGRON / MAYNAUD, MEYNAUD / MAYNIER / MAYRAS, MEYRAS / MAYRAT, MEYRAT / MAZADE (LA) / MAZE / MAZEL, MASEL (DU) / MEA / MEGE, MEIGE, METGE / MEJAN / MELARET / MELHAS / MELHASSOLA, MELHASOLA / MELHET, MEILHET / MENDARD, MENDART / MENFOSAT, MENFOZAT / MENTARESSE (DE) / MENUT / MERCHADIEL, MERCHADIAL / MERCHAT (?) / MERCIER, MERSIER / MERCOYROL (DE) / MERINASSIN / MERLE / MERLET, MERLET (DE), MERLETO (DE) / MERLIN, MERLYN / MESILHAC / MESSA / MESSES / MEYRENAS / MEYRINA (LA) / MEYSSELLA, MEYCELLE (DE), MAYSSELAS (DE), / MICHALIER, MICHELIER / MICHEL, MICHAELIS / MICHELET / MILLON, MILON, MILO / MILLORT / MIRABEL / MIRALHET / MIRAMAND / MIRANDONI / MISSOLS, MISSOLX (DE) / MOLE / MOLHAR (DE) / MOLIERE, MOLIEYRA, MOLIERES / MOLIN, MOLLIN, MOLYN / MOLINE / MOLINS (DES, DE) / MONARD / MONDAC (DE) / MONETA / MONNERI / MONNIER, MOYNER, MONIER / MONNOYE, MONOYE (DE LA) / MONS (DE, DU) / MONTAIN, MONTANIER / MONTAN / MONTANES (ou MONTONES) / MONTANHIER / MONTARGUES (DE) / MONTBRISON (DE) / MONTELH, MONTELHO, MONTEILH, MONTELHS, MONTEILLAT (DE), MONTEILLET / MONTEILHET / MONTELHA / MONTGROS (DE) / MONT JOC (DE) / MONTLAUR, MONLAUR / MONTLOR (DE) / MONT REDON, MONTREDON (DE) / MONTVIVIER (DE) / MORIER (DE) / MORO / MORTIERS, MORTIES (DE) / MORZELAN, MORSELAN / MORZELAS, MORSELAS (DE) / MOSA, MOSE (DE) / MOTE (DE LA) / MOTET / MOTON, MOUTO / MOTOYSSI / MOUTIER (?) / MOUTON / MOYNE / MOYRENC / MURAT / MUTOYS

N

NATAL / NAYGLI, NAYGLIN / NEVISSAS (DE) / NICHOLAS / NICODE, NICHODE / NICOLAY / NIPPORT (DE) / NIVISSAC (DE) / NOCHOLAS / NOEL / NOELES, NOELIES (DE) / NOGIER, DU NOGIER / NOUET / NOGARET / NOUGARET / NOUVEL, NOVEL / NOYER / NOZIAL (DE) / NOZIL (DE) / NUCE (DE) / NYER

O

OBERI / OBRIER / ODILON / OLIER / OLIVIER / ORTOLA / ORTOLANE / OUQUI, OUQUINI / OUREY / OZIL, ODILO, ODILONIS / OZIL / OZIL, OZIAL

P

PAGES / PAGNIEL, PACHINEL / PALHASA / PALHIER / PALIERES (DE) / PALISSE / PANCIER / PARADIS / PARAGIRAN / PARAOUN, PARAO / PARPAHO, PARPAHON / PARS (DE) / PAS (DU) / PASCAL / PASCALET, PASCALIER / PASCHALI / PASTEL / PASTRE / PATIOU (ou PATROU) / PAUSAT / PAUTEL / PAYAN, PAYA / PAYOT / PEGASSIER / PELAGAYS / PELAPRAT, PELAPRE / PELAT / PELERIN / PELET / PELISSI / PELISSIER, PELLICIER / PELUFFEL, PALUFFEL / PENCHENIER / PENDECOSTAS, PENDECOSTES, PANDECOSTAS, PANDECOSTES / PERA / PERALHA, PERRALHE / PERAYROL, PAYROL, PAYROLON / PERCHASSIER, PECHASSIER / PERGE / PERIER, PERRIER / PERMENTIER / PERON / PERRAY, PERAYS / PERRET / PERRIN / PERROT / PERRY / PESANT / PESCHAYRE, PESCHAIRE (PISCATOR) / PETIT / PETRA (DE), PIERRE (DE LA) / PEYRAUD / PEYRIER / PEYROLES / PHELIS / PHILIBERT / PHILIPON, PHILIPONIS / PHOLHOSI / PIC / PICARD / PICARDI de Bidono / PICAUD / PICHON, PICHO / PICHOT / PIER / PIERRE / PIERRE MORTE (DE) / PIFFAUT / PIGIERE / PIN (DU) / PYN (DE) / PINATI / PINEDE / PINET (ou PIVET) / PINHOL / PINHON / PISAPA, PISAPAIN / PITARD / PLAN, PLA (DU), PLANO (DE) / PLANCHE / PLANCHE (LA), PLANCHA (LA) / PLANET / PLANHOL / PLANTADE / PLANTAVI / PLANTI (ou PLAUTI) / PLASSE, PLAYSSE / PLAT / PLOYS (DE) / POMIER / POMIERS (DE) / PONCET (ou POUCET) / PONHET / PONS / PONTANIER / PONTHEL, POURTEL (DU) / PONTIER / PONTILHON / POPON, POPO / PORCHEYRON, PORCHAYRO / PORCHER, POURCHIER / PORTAL, PORTA / PORTALIER / PORTAS, PORTES (LAS, LES) / PORTIER, POURTIER / POSACHE / POSOLS (DE) / POSTERLO / POTEYRAT / POUET, POUS / POUGET / POYE, PAYE / POYOL / POYSSANT (ou POYSSAUT) / PRA / PRADA, PREYA (DE LA) / PRADAL / PRADIER / PRAT / PRATO (DE) / PREBOST (ou PREBOSC) / PRERON, PRE REON (DE) / PRIEUR, PRIORO / PRIVAT / PROVENSAL, PROHENSAL / PUATI / PUEY / PUGET (DU) / PUPIN / PUYS (DU), PUY (DU) / PUYS (DU), POS (DU)

Q

QUERCORE (DE) / QUEYRIEIRE / QUEYRASI / QUEYRON / QUIBLIER / QUISCIONI (ou GUISCIONI)

R

RADULPHI / RAFFARD / RAFFEL, RUFFEL / RAGAS / RAGASSA / RAHM, RAHN / RAHOULX, RAOULX, RAHOLX, RAOLX, RAUOLS, RAHOLS, RAOLS / RAHUT / RAMIER (DE LA) / RAMIERE / RANC (DU), RANC / RANCHET / RANCHIN, RANCHI / RANCO (DE) / RANCON / RANQUES, RANQUET / RASPAIN (ou RASPANI) / RAUCHABOYS / RAULIE / RAUOL, RAOL / RAURET, RAURET (DE) / RAUSC (DE) (ou RAUST) / RAUSEYRA / RAUSSIERE, RAUSEYRA / RAVAYSSA, RAVAYSSE / RAVIER / RAY / RAYDARON, RAYDOYRON, REYDERON, REYDEYRON / RAYDO / RAYMBAUD / RAYMUND, RAYMOND / RAYNARD, REYNARD / RAYNAUD, REYNAUD, REYNAUT / RAYNAUD, REYNAUD, REYNART / RAYNAUDE (DE) / RAYNET / RAYNOARD, RAYNOART / RAYNOARDI / REBOL / REDON / REFFREYTO, REFFREYTOI / REGARD, REGART / REGIS / REGORDAL / REJANGE / REMESE / RENOARD / REYNOARD, REYNARD / REVEL / REVERDY, REVERDI / REY, RAY ,ROY / REYNIER, RAYNIER / RIAS, RYAS / RIBAS / RIBAYROL / RIBEYRE / RIBIERE / RIBON, RIBO / RIBOT / RIBOTON / RICHARD, RICHART / RICHE / RICHIER, RICHIERE / RICO / RIEU (DU) / RIEUBO, RIEUBO (DE) / RIFFARD / RIFFARDI / RIGAUD / RIOMS (DE) / RIVAYRE / RIVET / RIVIERE / RIVIERE (DE LA) / ROBBERTS (DES) / ROBERT, ROBBERT / ROBERTON, ROBBERTON / ROBIN, ROBYN / ROCHA / ROCHABARON / ROCHAGUDA / ROCHAS, ROCHIER / ROCHE / ROCHEBLAVE (DE) / ROCHENERON, ROCHANERRON / ROCHESALVA (DE) / ROCHETA, ROCHIER / ROCHETE / ROCHIER / ROCHO, ROCHON / RODERON / ROETI (DE) / ROGERI / ROGIER / ROGO (DE) / ROGU / ROLLANDON / ROMA / ROMANET / ROMEGIER / ROMESE / ROMIER / ROMIGIERE, ROUMIGYERE (LA) / ROMPUDE / ROQUA, ROQUE / ROS / ROS, ROUS / ROSAN, ROZAN / ROSSAT / ROSSEL / ROSSILHON / ROSTAING, ROSTANG, ROSTAIGN / ROSTANHI, ROSTAGNI / ROUCHERIOL, ROUCHERUL / ROULHO / ROURE (DU), ROURE / ROURET / ROUVERE, ROUVEYRA (LA) / ROUVEYRE, ROUVEIRE (LA), ROUVEYRA / ROUVIER, ROVIER, ROUVER / ROUX / ROVIER / ROYER, ROYET / RUFFEL / RUFFELE, RUFFELA / RUPHI

S

SABATA / SABATIER, SABBATIER / SABATON / SABATONE / SABAUDIE, SABAULDIE (DE) / SABOLA / SABY / SAGE / SAINT AMOUR (DE) / SAINT ETIENNE (DE) / SAINT JEHAN (DE) / SAINT PORSAIN (DE), PORSAN / SAINTE (DE LA) / SALABELLA, SALABELA / SALADIN / SALAMON, SALAMO / SALASO (ou JEALASO) / SALAVERT / SALELLE / SALELLI / SALES / SALIER / SALMAND / SALVAGE, SALVATGE / SALVAND / SANHES (DES) / SANS LA VILLE, SANSLAVILE / SARRAZI, SARRAZIN, SARRAZIN DE VILLE / SARTRE / SAULT (DU) / SAUSSAC / SAUTEL / SAUTON / SAUVIN (DE) / SAUZE, SAUSE / SAUZEDA / SAUZET / SAVEL / SAVIN, SAVI / SAVOYE / SEGUIN / SELLIERS (DE) / SELVA, SELVE (LA) / SELVA (LA) / SELVES (DU) / SELVIES / SELVIN, SELVI / SELVY (ou SELIN) / SENGLIER, SANGLIER / SENIEL / SENOLHET / SENTENAC (DE) / SERMENT / SEROLH / SEROLHA, SEROILLE / SERONE / SERRA / SERRE / SERRE, SERRO, SRO (DE, DU) / SERRE (DE), SERRAS (DE) / SERRE (DU), SERRET (DU) / SERRE (DU), DU SERRE VACHET / SERRE (DU) , DU SERRE DU PUY / SERRET / SERRON, SERRO, SERON / SERROUSCLAT, SERREUSCLAT (DE) / SES (DE) / SEVENIER / SEYTIER / SEYTRON / SEYTRONI / SEYSON / SIBLAYRAS, SIBLEYRAS (DE), SEBLAYRAS, SEBLAYRAS (DE) / SILHOL / SIRVENT, SERVENT / SIUOL, SIUOLIS / SOBERAIN, SUPPERIEUR / SOBERAN, SOBERAIN / SOBOL, SOBOLIS / SOBRAT / SOCHIER / SOCHON / SOCI / SOLAYROL, SOULEYROL / SOLIER / SORBIER, SORBIE / SUELHS, SUELLIS (DE) / SUOLA (ou SIOLA) / SURDRE / SURLE / SURREL / SYMEON / SYMONDE / SYMONDETE / SYMOY, SIMOY

T

TABILHON / TACHET / TAILLAND, TAILHAND / TAILLON / TALHON / TALUSSAC (DE) / TARAUDON (ou TARANDON) / TARDIEU, TARDYEU / TARDINI / TARNEAS, TARNEUSSE / TARUTAS / TASTAVIN, TASTAVI / TAULIGNAN / TAVERNOL / TERASSA, TERRASSE / TERMET / TERON, TEROND, TEROND (DE) / TERRIN / TEULA (LA) / TEULELIER / TEULENC / TEULIER / TEULLE (LA) / TEULOSA / TEYSSIER / THYS, TYS (DE) / THOLOSE, THOLOUSE / THOMAS / THOME / TIBAUD, THIBAUD / TIBOS / TINE / TIRAULI / TOLAUD, THOLAU / TOLPIN / TOMEY / TONY, THONYN, TONYN / TORNAYRE, TORNAIRE, TOURNAIRE, TOURNAYRE / TORNEL / TORRE (LA), TURRE (DE), TOR (DE LA) / TORRELO DE CHASSAIGNES al torelo / TORRET / TORRETE / TOUREHAYRE, TOREHAYRE / TOURN (DU) / TOURNON (DE) / TRABE (DE) / TRAVERSA / TREBOL / TREMOLET / TREOL / TRESSAUD, TRISSAUD / TREULIER / TRIBERT / TRINAUD, TRINAUT / TRONCHET / TRUC, TRUCHE / TRUELH (DU) / TURC / TUREL, TURRELLE / TURNONE (DE) / TURRIN, TURRI

V

VACHARESSAS, VACHARESSES (DE) / VACHIER / VAESC (DE) / VALANTIN / VALAT / VALCLAIR (DE) / VALENT / VALENTIN / VALERI / VALERIE / VALETON, VALETO / VALIER, VALLIER / VALLADIER, VALADIER / VALLE LOBERE (DE) / VALLET, VALET / VALLETE, VALETE / VALOPUI, VALOPUY / VALOS / VALOSSA / VALVINIERE, VALLIVINERE / VANDEMIAS (ou VAUDEMIAS) / VARLET / VASELHAS, VASELHES / VASSAL, VASSAILH / VASSAL, VASSALENC / VASSALIEU (ou VASSALIEN) / VASYN / VATARINI / VAURE / VAUS (DE), VAUX (DE) / VAYRENC, VEYRENC / VEDEL / VEDEL, VEAU / VENDUOLS, VINDUOLS (DE) / VENEYRE / VEOL / VENZIEU (DE) / VERDIER / VERGIER, VERGIER (DU) / VERIN / VERMEIL / VERN / VERNAC (DE) / VERNEDE (DE LA), VERNEDE ou VERNADE / VERNET, DU VERNET / VERNETE / VERNETE (DE), VERNET (DE) / VERNIERE / VERRIET / VERULHI / VESIAN, VESYA, VESIE / VESIAT / VEYER / VIA (DE, DE LA) / VIAL / VIALA / VIALET / VIALETE / VIALON, VIALONI / VIANES / VIANOT / VIDAL / VIE / VIELAN, VIELAIN / VIELH / VIELHE / VIEU / VIGER (ou VIGIER) / VIGIER / VIGNAL / VIGNE / VIGNON / VILAR / VILAR (DE) / VILHON, VUIHON / VILLE (DE) / VILLEDIEU, VILLADIEU / VILLEFORT (DE) / VILLENESVE, VILANOVA (DE) / VINCENS, VINCEN / VINCENT / VINHA / VINHAC / VINHAL / VINHAYRON, VINHEYRON / VINHON, VIGNON / VIRA / VIRRAN / VITOU (ou VITON) / VOGUE (DE) / VOGUER, VOGUER (DE) / VOLANO (DE) / VOLAS / VOLE / VOLP (LA) / VORS, VORS (DE) / VULPA

Y

YCARD, YCART / YMBAUD / YMBERT, HYMBERT / YSNARD / YSSARTEL / YUARD


Quelques illustrations de l'auteur

Bessas
Bessas
Bêcheur
Bêcheur

 

Saint-Thomé
Saint-Thomé
Sur le chemin muletier
Sur le chemin muletier

 

Tenue usuelle
Tenue usuelle
Larnas
Larnas
Semeur
Semeur


| Accueil | Éditions | Zoom ! | Publishing house | Home |


© Edition & Régions, La Bouquinerie 1997-2016
La Bouquinerie -77 avenue des baumes 26000 Valence - France
Tel : ++33 (0) 6.88.08.35.96 - Mail : contact@labouquinerie.com
Sauf mention contraire, les images illustrant ce site sont protégées.
Dernière mise-à-jour : 2016. Last update